Accueil > Sur la piste du loup

Sur la piste du loup

Dernier ajout : 5 août 2020.

Aucun animal n’a été aussi méconnu, craint, et persécuté à travers l’histoire, que le loup.

Par ignorance, nous l’avons chassé autrefois. Nous avons utilisé les fusils, les pièges et le poison contre lui, pensant que nous chassions un tueur sanguinaire, représentant une grave menace pour nous-mêmes et pour nos cultures. Les artistes le dépeignirent comme une bête sauvage montrant les crocs. Les conteurs inventèrent des histoires de grand méchant loup. C’est seulement aujourd’hui que nous reconnaissons son importance dans le cycle de la vie. Il a un rôle bénéfique vis-à-vis des grands herbivores qu’il chasse.

Nous découvrons que la nature a crée le loup de façon à ce qu’il court moins vite que la plupart des proies bien portantes ; ainsi il s’attaque essentiellement aux proies faibles et malades. Nous ignorions que le loup était capable, grâce à un système social complexe, de contrôler sa propre population et que pendant des centaines de milliers d’années, il est parvenu à maintenir un équilibre naturel avec ses proies.

Vous trouverez ici des dossiers thématiques et des articles de fond afin de mieux comprendre pour agir...

Articles de cette rubrique

  • Le loup : "Affaire d’Etat"

    2 septembre 2004, par Patrick J. Degeorges, Antoine Nochy

    Animal charismatique que le folklore et l’histoire ont chargé d’attributs symboliques ambivalents, le loup, depuis son retour en France, se trouve " enrôlé " dans des conflits liés à l’expression de valeurs et d’intérêts qui dépassent largement les difficultés soulevées par la gestion de ses prédations sur les troupeaux. Car le problème que posent les loups ne se laisse pas construire de la même façon selon que l’on associe leur protection à la promotion de la nature sauvage et à la restauration écologique (...)

  • Quelles sont ses mensurations ?

    15 août 2004, par loup.org

    La taille et le poid des loups présentent de fortes différences en fonction de leur répartition géographique.
    Ainsi , on remarque que plus on remonte vers le nord plus les mensurations sont importantes ("loi de Bergman") [1]
    Ainsi nous retrouvons donc aux extrèmes près de l’équateur (ex Inde, Arabie) des loups qui pèsent en moyenne 15 à 20 kg, 50/60 cm au garot - 1,20/1,30 m de long (de la truffe au bout de la queue), alors que dans le grand nord (ex Alaska, Siberie) les loups peuvent peser près de (...)

  • Est-il dangereux pour l’homme ?

    15 août 2004, par loup.org

    Non, car les loups essaient pratiquement toujours d’éviter les hommes qu’ils redoutent.
    Cependant dans certains cas bien précis, ils peuvent devenir dangereux : en de rares occasions et dans des circonstances particulières, des loups ont pu attaquer et tuer des gens. On peut ainsi identifié plusieurs types d’attaques : attaques causées par des maladies (cas de loups enragés). attaques défensives où le loup a mordu une personne en réponse à une situation où il était acculé ou provoqué. C’est le cas (...)

  • Le loup, va-t-il dans l’avenir se mettre à pulluler ?

    14 août 2004, par loup.org

    Un prédateur ne peut jamais pulluler. Il dépend principalement de la densité de ses proies.
    Dans le Mercantour et sa zone périphérique, il n’y aura probablement jamais plus de 30 à 40 loups.
    Si les loups ne vont pas pulluler, ils vont probablement tenter d’accroître leur zone de présence.

  • Le loup fait-il souffrir sa proie ?

    14 août 2004, par loup.org

    La mort et la douleur que nous refusons, nous êtres humains, font partie intégrante des choses de la vie sauvage.
    La nature ne fait pas dans la dentelle !!.

0 | ... | 50 | 55 | 60 | 65 | 70 | 75 | 80 | 85 | 90 | ... | 95

Abonnement aux infos


 Abonnez-vous au flux RSS


Sur Facebook

Soutenir par un don