Accueil > Sur la piste du loup

Sur la piste du loup

Dernier ajout : 5 août 2020.

Aucun animal n’a été aussi méconnu, craint, et persécuté à travers l’histoire, que le loup.

Par ignorance, nous l’avons chassé autrefois. Nous avons utilisé les fusils, les pièges et le poison contre lui, pensant que nous chassions un tueur sanguinaire, représentant une grave menace pour nous-mêmes et pour nos cultures. Les artistes le dépeignirent comme une bête sauvage montrant les crocs. Les conteurs inventèrent des histoires de grand méchant loup. C’est seulement aujourd’hui que nous reconnaissons son importance dans le cycle de la vie. Il a un rôle bénéfique vis-à-vis des grands herbivores qu’il chasse.

Nous découvrons que la nature a crée le loup de façon à ce qu’il court moins vite que la plupart des proies bien portantes ; ainsi il s’attaque essentiellement aux proies faibles et malades. Nous ignorions que le loup était capable, grâce à un système social complexe, de contrôler sa propre population et que pendant des centaines de milliers d’années, il est parvenu à maintenir un équilibre naturel avec ses proies.

Vous trouverez ici des dossiers thématiques et des articles de fond afin de mieux comprendre pour agir...

Articles de cette rubrique

  • Combien y a t’il d’espèces de loup ?

    17 décembre 2004, par loup.org

    Le loup est un mammifère de la famille des canidés, et un parent proche du chien domestique (tout comme pour le lycaon, le coyote, le renard...)
    On distingue généralement une seule espèce de loup, le loup gris (canis lupus) bien que certains mettent à part le loup rouge (canis rufus) qui partage certains aspects avec le coyote.
    On classe ensuite le loup en plusieurs sous-espèces qui correspondent souvent à son habitat et à sa morphologie : le loup d’Inde s’appelle par exemple canis lupus pallipes (...)

  • D’où viennent les loups présents en France ?

    16 décembre 2004, par loup.org

    Totalement éradiqué par l’homme en France à la fin des années trente, le loup a fait sa réapparition dans le Parc national du Mercantour (Alpes-Maritimes) en novembre 1992. Le loup a depuis progressivement recolonisé les Alpes françaises, suisses et italiennes, à partir des Apennins, où, grâce aux plans de conservation, il avait régressé sans jamais disparaître.
    Cette extention de son territoire est la conséquence des dispersions des loups depuis leur meute d’origine (jeunes cherchant de nouveaux (...)

  • La grande peur des Loups qui pullulent...

    14 décembre 2004, par Marie-Claire

    Avant que le gouvernement italien ne prenne des mesures drastiques de protection de l’espèce en 1970, il ne restait plus qu’une centaine de Loups dans le pays, cantonnés dans quelques bastions du centre et du sud.
    Bénéficiant de cette nouvelle politique, les populations de Loups ont pu de nouveau se développer et gagner de nouveaux territoires. Ainsi, dans les années 1990, la population lupine italienne est passée de 400 à 500 individus pour atteindre aujourd’hui 700 à 1.000 individus selon les (...)

  • De quelle couleur sont ses yeux ?

    13 décembre 2004, par loup.org

    De couleur bleue à la naissance, les yeux du loup sont de couleur jaune orange à ambrée à l’âge adulte
    La brillance particulière de son regard la nuit est due à un tissu particulier de son oeil. Ce tissu constitué de plaquettes argentées et de pigments colorés réfléchi la lumière dans des conditions de faible éclairement.
    Cela lui permet d’avoir une très bonne vision même dans l’obscurité.
    Outre les loups, les autres canidés, les chats, les lynx ont aussi ces yeux dits « phosphorescents ». A lire : (...)

  • Les loups sont-ils capables de carnages ?

    1er décembre 2004, par loup.org

    Suite à l’analyse des déclarations pour indemnisation depuis 1992, il apparaît qu’une majorité des attaques du loup ne fait qu’entre 1 et 2 victimes (43%). Pour 28%, le nombre s’élève à 3 ou 4 victimes. Les attaques faisant plus de 16 victimes sont rares, seulement 3%.
    Les nombres impressionnants (supérieur à 16) de victimes lors d’attaques sur des troupeaux s’expliquent à 99% par des dérochements, suite à l’affolement du troupeau.
    Les cas d’over-killing (prédation dépassant les besoins alimentaires) sont (...)

0 | ... | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | 65 | 70 | 75 | 80 | ... | 95

Abonnement aux infos


 Abonnez-vous au flux RSS


Sur Facebook

Soutenir par un don