Accueil > Les archives > Une autorisation d’abattre un loup dans les Hautes-Alpes suspendue

Une autorisation d’abattre un loup dans les Hautes-Alpes suspendue

lundi 26 septembre 2005, par l’Agence France Presse

Le tribunal administratif de Marseille a suspendu vendredi un arrêté du préfet des Hautes-Alpes autorisant le prélèvement d’un loup dans le massif du Dévoluy, donnant gain de cause aux défenseurs du loup.

Le tribunal avait été saisi en référé par l’association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et la SPA. Ces derniers avaient contesté la "réalité des attaques" imputées au loup.

"Il y a un seul loup dans le Dévoluy. Si on le tue, on voit mal comment l’espèce serait conservée", avait également plaidé leur avocat, Me Benoît Candon, lors d’une audience le 16 septembre dernier.

L’administration avait au contraire soutenu que le loup n’était pas une espèce menacée. "Les relevés scientifiques montrent qu’elle progresse", avaient expliqué deux fonctionnaires de la direction départementale de l’agriculture.

Le tribunal administratif de Marseille avait déjà ordonné le 1er août la suspension de deux précédents arrêtés du préfet des Hautes-Alpes autorisant la destruction de deux loups dans le Dévoluy et le Queyras.

A la suite de cette décision, le préfet avait pris le 8 août un nouvel arrêté autorisant un prélèvement dans le seul Dévoluy.

Partager cet article :

Soutenir par un don