Accueil > Les archives > Une attaque de loups dans la banlieue de Grenoble ?

Une attaque de loups dans la banlieue de Grenoble ?

mardi 4 juillet 2006

Un troupeau de moutons a été attaqué au début de la semaine dans la banlieue proche de Grenoble où se trouve l’hôpital. Le mode d’attaque, ainsi que les descriptions d’un témoin, laissent à penser qu’il s’agissait de loups. Aucune trace de loup n’ayant été signalée durant l’hiver dans ce secteur, il s’agirait d’une meute qui vient de s’intaller dans le massif de la Chartreuse.

De grands canidés, probablement des loups, ont attaqué dans la nuit de lundi à mardi un troupeau de moutons dans la banlieue proche de Grenoble où est installé le CHU, ont indiqué mardi les gendarmes. L’attaque qui a eu lieu sur la commune de La Tronche s’est soldée par la mort d’une brebis, des blessures graves sur deux autres, dont l’une devra être euthanasiée.

"Certains indices sur le mode d’attaque peuvent laisser penser que les auteurs sont des loups", a indiqué le directeur départemental de l’agriculture et de la forêt de l’Isère, Yves Tachker, qui ajoute qu’en mai, le loup a été clairement identifié comme l’auteur d’une attaque sur un troupeau à Proveysieux, à une dizaine de kilomètre de là. Par ailleurs, un témoin, un homme d’origine portugaise, qui s’était levé tôt mardi, a déclaré avoir vu une meute composée d’un couple de loups adultes et de trois louveteaux.

Le propriétaire du troupeau attaqué à la Tronche, avait déjà subi une attaque de loups dans un autre pré qu’il possède à Corenc, ville de la banlieue chic de Grenoble souvent comparée à Neuilly. Si les analyses confirment qu’il s’agit bien de loups, il s’agirait d’une meute qui vient de s’intaller dans le massif de la Chartreuse car aucune trace de loup n’a été signalée au cours de l’hiver dans ce secteur.

Le gouvernement a décidé en juin d’autoriser l’abattage de six loups au maximum en 2006 dans neuf départements du sud-est de la France et notamment dans l’Isère, provoquant la colère des défenseurs de la faune sauvage. Il s’agit d’une mesure dérogatoire car le loup est une espèce protégée.

Voir en ligne : Source LCI

Partager cet article :

Soutenir par un don