Accueil > Les archives > Un berger tueur de loup condamné à deux mois de prison avec sursis

Un berger tueur de loup condamné à deux mois de prison avec sursis

lundi 21 mars 2005

La cour d’appel d’Aix-en-Provence a aggravé lundi la peine prononcée à l’encontre d’un berger de l’arrière-pays niçois, qui s’était vanté d’avoir tué un loup en l’empoisonnant en 1997 (lire l’article du 25 novembre 2003). Les juges ont condamné Christian Poguntke, 49 ans, à deux mois de prison avec sursis.
Ils ont aussi prononcé la publication du jugement. Le berger devra verser un euro symbolique de dommages et intérêts à chacune des associations écologistes qui s’étaient constituées partie civile, ainsi que 800 euros au titre des frais de justice.

Le 24 novembre 2003, il avait été condamné à Nice (Alpes-Maritimes) à un mois de prison avec sursis pour « destruction d’espèce protégée ».
Ce berger d’origine allemande, vivant dans la vallée de la Roya depuis 1980, avait empoisonné la bête, puis exhibé sa tête dans sa bergerie. Il avait pour cela utilisé un stratagème : une capsule de cyanure accrochée au cou d’un agneau dans un bas de femme. « Je n’ai fait que me défendre. Tout berger ne peut abdiquer », avait invoqué pour sa défense Christian Poguntke, à la tête d’un troupeau de 270 brebis. Pour la seule année 1996, il avait perdu quelque 60 bêtes.

L’avocat du berger a fait part de son intention de se pourvoir en cassation.

De son côté, Jean-Emile Sanchez, porte-parole de la Confédération paysanne venu soutenir le prévenu, a estimé « qu’une fois de plus, la justice n’a pas voulu entendre le cri de désespoir de ce berger. L’Etat a montré son incompréhension et son autisme vis-à-vis de ce que disent les paysans ».

P.-S.

Source : AP

Partager cet article :

Soutenir par un don