Accueil > Canis lupus : le loup > Histoires de loups > Saint François d’Assise et les loups

Saint François d’Assise et les loups

L’histoire d’un saint et de frère loup

mercredi 4 octobre 2006, par chicamorena

Le 4 octobre le jour de la Saint François d’Assise est déclarée "la journée mondiale des animaux" par le Congrès International pour la protection des animaux. Ce n’est pas une coïncidence mais bien la conséquence des relations qu’ils entretenaient avec les animaux. L’occasion de découvrir qui était cet homme et quels liens l’unissaient aux loups.

Statue représentant Saint François d’Assise

Saint François d’Assise est né à Assise en 1181 dans une riche famille commerçante sous le nom de Giovanni Francesco Bernardone. Durant sa jeunesse, il a eu une vie mondaine pleine de fêtes et de réjouissance. Il a aussi fait la guerre, où il est fait prisonnier, et est tombé malade. Pendant sa convalescence, il ressent une insatisfaction profonde en ce qui concerne la vie. C’est en écoutant un passage de l’évangile qu’il trouve la réponse à ce qu’il cherche pour combler le vide dans sa vie : aimer chaque être de la création sans discrimination aucune. Il devient solidaire avec les pauvres et les démunis, tous ceux que la société repousse. C’est à cette époque qu’il fréquente les lépreux. Il dénonce les injustices, rédige le poème "La complique du Frère Soleil" où il demande aux hommes de se témoigner un amour mutuel, de respecter "notre mère la Terre, notre soeur la Lune et notre frère le Soleil", d’aimer toutes les création que Dieu a fait. Il aime sans discrimination les gens, les animaux, les végétaux, les minéraux, les planètes, étoiles, etc. Il prend donc la défence de la nature, c’est pourquoi il est proclamé en 1979 le patron des écologistes.
En 1205, alors qu’il prie devant le crucifix de la chapelle Saint Damien, il entend une voix lui demander de réparer son église en ruine. Il restaure donc la chapelle, en vendant des marchandise de sont père pour acheter des matériaux, ce qui lui a valu d’être traîné en justice par son père. Il restaurera plusieurs autres chapelles. Il se retirera dans une pauvreté absolue, gagnant son pain en faisant du travail manuel ou en mendiant. Rapidement il se retrouvera à la tête d’une communité appelé l’ordre des franciscains, mais désabusé, il en confie la direction à quelqu’un d’autre. Il revient à Saint Damien où il rédige le poème "La complique du Frère Soleil", connu aussi sous le nom de "Cantique des créatures", où il demande aux hommes de se témoigner un amour mutuel, de respecter "notre mère la Terre, notre soeur la Lune et notre frère le Soleil", d’aimer toutes les création que Dieu a fait. Il aime sans discrimination les gens, les animaux, les végétaux, les minéraux, les planètes, étoiles, etc. Il meurt le 3 octobre 1226 marqué au corps par des plaies semblables à celles infligée par la crusifixion.

Saint François

Au cour de sa vie, il a eu l’occasion de défendre la réputation des loups. En effet, lors de son voyage à Gubbio, on lui expliqua qu’un loup féroce mangeait les hommes et les animaux de ce village. Saint François, ayant trouvé le loup qui s’apprêtait à se jeter sur lui, commença à lui parler. Le loup, en entendant sa voix se calma tout de suite et se jeta à ses pieds. Saint François, s’adressait à lui en lui en le nommant Frère Loup, signe de sa proximité envers le loup. Il lui ordonna de ne plus faire de mal à personne et de ne plus semer la terreur dans le village. Frère Loup accepta cette demande, et pour montrer sa bonne volonté, leva la patte droite de devant et la mit dans la main de Saint François. Celui-ci dit : "Combien est donc à craindre la gueule de l’enfer quand la gueule d’un petit animal tient en peur et tremblement une telle multitude", il explica que le feu de l’enfer était plus redoutable que la rage du loup qui ne peut tuer que le corps. Il a ensuite fait promettre aux gens du village de nourrir le loup car c’était la faim uniquement qui poussait le loup à commettre ces méfaits. Il a ainsi permis que le pacte se forme entre les habitants du village et le loup. Frère Loup vécu ainsi deux ans à Gubbio et entrait familièrement de porte en porte dans les maisons sans faire de mal à personne et sans qu’il lui en soit fait, il fu nourri par les habitants. Puis il mourrut de vieillesse et tout le village le regretta.

Grâce à son amour immodéré pour chaque créature de la Terre, Saint François d’Assise, surnommé "Povorello" (petit pauvre) ou encore, "la plus parfaite copie du Christ" est compté parmi les Saints catholiques les plus populaires et les mieux accueilli par les non chrétiens. C’est le patron des louveteaux (branche de scoutisme réservé aux jeunes enfants), des écologistes et des bêtes, un homme porteur de pensées encore d’actualités qui sert de modèle à beaucoup d’hommes et de femmes.

Voir en ligne : Voir aussi sur Wikipédia

Portfolio

Partager cet article :

Soutenir par un don