Accueil > Les archives > Polémique autour d’un reportage sur le loup.

Polémique autour d’un reportage sur le loup.

vendredi 10 février 2006, par Thierry

La publication de l’article « Les Crocs de la colère », qui annonçait la diffusion d’un reportage dans le cadre du magazine « Envoyé spécial », que France 2 devait diffuser le jeudi 2 février, a déjà fait couler beaucoup d’encre...

Si nous critiquions ce reportage pour ses effets de "style" qui présente le loup comme une « Bête redoutable, assoiffée du sang des agneaux et faisant littéralement régner la terreur sur les alpages », nous soulignions également tout l’intérêt de celui-ci qui porte un jugement sévère sur la gestion du loup par l’Etat français, présente le travail des écovolontaires de Pastoraloup [1], montre les limites de comparaison entre éleveurs français et italiens et le décalage entre deux élevages, entre deux manières d’envisager la montagne et les prédateurs qui y vivent.

La polémique ubuesque

En dernière minute, la rédaction d’Envoyé spécial a déprogrammé plusieurs reportages le soir du 2 février, dont celui sur les éleveurs. C’est une pratique très courante dans ce magazine "pour mieux coller à l’actualité".

En pleine polémique sur la liberté d’expression, voilà que des associations d’éleveurs et de chasseurs nous accusent d’être à l’origine de cette déprogrammation. Ayant déjà subi par le passé les affres de la censure, ce n’est certainement pas sur ce site que nous la pratiquerons.

La situation devient ubuesque, lorsque j’apprends par une dépêche AFP que le Conseil général de la Savoie a voté mardi à l’unanimité une motion dénonçant auprès du ministre de la Culture et de la Communication, la déprogrammation par la chaîne France 2 du magazine sur le loup "qui pour la première fois donnait la parole aux bergers", et mettant en cause les pressions de "certaines associations".

La rédactrice en chef d’Envoyé spécial a du indiquer au Conseil général les raisons techniques qui ont conduit à cette déprogrammation indépendante de toutes actions engagées par des associations.

Cette information a été reprise dans la presse, et même sur le Blog de Jean-Marc Morandini,


Si j’ai pu constater deux ou trois interventions individuelles de "passionnés zoolâtres" sur les forums de france 2 ou sur www.la-meute.org, demandant la suppression du reportage (réaction d’autant plus stupide que ces personnes n’ont même pas vu celui-ci - et pour cause), aucune association n’a tenté quelque action que ce soit.

Vivement la diffusion de ce reportage qui selon le Conseil Général de Savoie "montre la réalité de la vie dans les alpages", car voir le loup à travers le petit trou de la lorgnette de la colère des éleveurs, permet surtout de confirmer qu’une étape de plus a été franchie vers la radicalisation du lobbying ovin.

Un peu comme si, en France, il n’y avait que l’alternative basique « le loup ou les brebis », pas de cohabitation possible...

Aucune crise du pastoralisme ne permet cependant de justifier aux yeux du grand public, le braconnage, les empoisonnements, les agressions, les actes de violence ou les appels aux meurtres.

Après avoir vu le reportage, vous ne vous poserez plus la question !

Notes

[1Ce programme organisé par FERUS propose un soutien bénévole complémentaire aux éleveurs et bergers dans la protection de leurs troupeaux. Afin de réduire les dommages sur les animaux d’élevage, il s’agit de renforcer la présence humaine auprès du cheptel et participer aux divers travaux pastoraux nécessités par le retour du loup.

Partager cet article :

Soutenir par un don