Accueil > Les archives > Ouverture de la chasse au loup dans les Alpes du Sud

Ouverture de la chasse au loup dans les Alpes du Sud

dimanche 1er août 2004

Les préfets des départements des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence et des Alpes-Maritimes ont pris des arrêtés autorisant, dans un cadre très strict, l’abattage de loups par des agents assermentés, a-t-on appris samedi auprès de deux préfectures des Alpes du Sud.

Dans son arrêté, le préfet des Hautes-Alpes, Joël Tixier, autorise cette chasse à partir de lundi dans le massif du Dévoluy, précise un communiqué de la préfecture. Dans le département voisin des Alpes-de-Haute-Provence, son homologue a pris un arrêté vendredi, et il concerne le territoire de douze communes de la vallée de l’Ubaye et le Haut-Verdon. Aucune précision n’a été donnée samedi concernant les Alpes-Maritimes.

L’association écologiste France Nature Environnement a qualifié de « fondamentalement illégaux » les arrêtés pris par les trois préfets des Alpes du Sud. L’association, par la voix de sa chargée de mission « loup », Florence Englebert, annonce qu’elle attaquera vraisemblablement ces arrêtés devant les tribunaux administratifs compétents.

Des manifestations d’éleveurs de moutons, opposés à la présence du loup dans les alpages, ont eu lieu les 22 et 28 juillet à Gap et à Grenoble. Les éleveurs accompagnés de leurs bergers ont annoncé qu’ils avaient l’intention de tirer sur les loups dès la prochaine attaque dont ils seraient témoins. Selon eux, dans le seul massif du Dévoluy (Hautes-Alpes), où 26.000 moutons sont en alpage durant l’été, pas moins de huit attaques ont été recensées et attribuées à des loups depuis le 10 juin dernier. Elles sont à l’origine de la mort de 38 bêtes.
Le ministre de l’Ecologie Serge Lepeltier avait autorisé le 19 juillet, à titre exceptionnel, l’abattage de quatre loups d’ici la fin de l’année, dans ces trois départements. Le ministère avait émis plusieurs conditions pour autoriser les tirs, notamment des attaques répétées dans un même secteur

P.-S.

Source : AP

Partager cet article :

Soutenir par un don