Accueil > Les archives > Nouvelles violences des éleveurs

Nouvelles violences des éleveurs

vendredi 9 juin 2006, par Gérard Caussimont

A l’issue de la manifestation organisée par des éleveurs anti-ours à Oloron devant la sous préfecture le 9 juin, Une trentaine d’entre eux s’est arrêtée au domicile de G.Caussimont responsable du FIEP Groupe ours Pyrénées et ont tenté d’introduire la carcasse d’une brebis morte dans la maison. Sa femme et l’un de ses enfants les en ont empêchés et ils ont laissé la brebis dans le jardin et ont proféré des menaces de mort à l’encontre de G.Caussimont annonçant qu’ils reviendraient chaque fois que l’ours tuerait une brebis.

Réaction de G.Caussimont

Nous sommes face à des méthodes de type « fasciste ». Une vie en société ne peut se concevoir dans une démocratie et un état de droit que dans le respect des biens et des personnes. Ce type d’attitude, 30 personnes contre une femme et un jeune, cela les déshonore. On peut ne pas être d’accord et s’exprimer en respectant les autres.
Si les responsables politiques et syndicaux locaux ne se démarquent pas très nettement de ce type d’agissements, c’est qu’ils les cautionnent ou qu’ils les encouragent afin d’en retirer ensuite les bénéfices comme médiateurs. J’attends des condamnations fermes.
Pour ma part, je dépose une plainte auprès de la gendarmerie.

Moralement, ces personnes ne respectent même pas une personne bénévole qui sur son temps libre a crée ou fomenté la plupart des mesures de compensation de la présence de l’ours en faveur des bergers : indemnités de dérangement aux bergers, héliportages gratuits de matériel pastoral, réseau de radiotéléphones, demande des mesures agri-environnements, incitation au muletage, etc., sans compter la marque de fromage « Pédescaous » où l’image de l’ours permet à des bergers de mieux vendre leur fromage, sans oublier la participation aux travaux de l’IPHB pendant 10 ans qui ont permis de rénover 60 cabanes aux normes européennes, des salles de fabrication, des sources aux normes, etc., bref d’améliorer la vie des bergers.
Qui d’entre eux aurait consacré 28 ans de sa vie à cela ? C’est tout simplement écœurant !

Enfin, en tant qu’adultes, quel exemple donnent ces personnes à la génération de leurs enfants ? Pas celui du respect et de la tolérance en tous cas. J’ai honte pour eux.

Partager cet article :

Soutenir par un don