Accueil > Les archives > Loup du Chablais : autorisation de tir délivrée

Suisse

Loup du Chablais : autorisation de tir délivrée

jeudi 12 octobre 2006

Le loup qui a attaqué un troupeau et tué une trentaine de moutons dans la nuit du 26 au 27 septembre sur un alpage de la commune de Collombey (Lire ici) pourra être abattu. L’Etat du Valais a délivré mercredi une autorisation de tir.

La commission intercantonale a estimé mardi que les conditions pour un tir de l’animal étaient remplies. Le prédateur a tué au moins 25 animaux dans un laps de temps inférieur à un mois malgré des mesures de prévention adéquates, a communiqué l’Etat du Valais. L’autorisation est valable pour une période de 60 jours.

Les analyses ont permis de déterminer qu’il s’agit d’un loup de souche italienne. Une analyse plus poussée est en cours pour savoir si ce loup serait l’un de ceux qui ont déjà été repéré en Valais ou s’il aurait un lien de parenté avec l’un d’eux, a précisé le chef du service de la chasse Peter Scheibler.

Ce loup est le quatrième dont la présence est actuellement attestée en Valais, sauf si les analyses montrent qu’il s’agit d’un des trois loups déjà connu. Les trois autres ont été repérés dans le Haut-Valais entre la région du Simplon et la vallée de Conches, a précisé M. Scheibler.

Selon le biologiste Raphaël Arlettaz, cinq à dix loups doivent rôder en Valais. Ils sont attirés notamment par les cerfs en grand nombre. M. Scheibler ne se prononce pas sur le nombre mais précise cependant qu’à son avis la présence de loup n’est pas permanente.

Dans le Haut-Valais, la louve qui sévit dans le Zwischbergental semble ne séjourner du côté valaisan que 10% du temps, sinon elle est en Italie, a précisé M. Scheibler. Il estime qu’il peut en être de même pour les autres spécimen.

Le loup de la vallée de Conches, contre lequel une autorisation de tir avait été délivrée il y a un mois, n’a d’ailleurs plus été décelé depuis. Il n’est pas certain qu’il soit encore en Valais, aucune carcasse de gibier n’ayant été découverte malgré les deux semaines de chasse, a précisé M. Scheibler.

L’autorisation de tir contre le loup de Conches s’éteindra à mi-novembre. Si le prédateur n’a pas été abattu d’ici là, il recouvrera son immunité jusqu’à un nouveau massacre.

Voir en ligne : www.romandie.com

Partager cet article :

Soutenir par un don