Accueil > Les archives > Le loup retiré de la liste des espèces protégées

USA

Le loup retiré de la liste des espèces protégées

mardi 5 mai 2009, par l’Agence France Presse

La chasse au loup va rouvrir aux Etats-Unis avec le retrait lundi de la liste des espèces protégées du loup gris, qui y figurait depuis 1974 après avoir quasiment disparu du territoire.

Hormis dans le Wyoming (nord-ouest) où il reste une espèce protégée, le loup gris pourra désormais être chassé, selon des règles strictes relevant des Etats, dans la région des Grands lacs, au nord (Michigan, Minnesota, Wisconsin) où la population est maintenant de 4.000 loups, et dans la région des Rocheuses, au nord-ouest (Idaho, Montana) où ils sont plus de 1.300.

Il faut ajouter de 8.000 à 11.000 loups en Alaska et 300 dans le Wyoming.

"Les populations de loups sont maintenant viables, en très bonne forme et d’une grande diversité génétique, alors que nous les avons persécutés et presque exterminés dans 48 Etats", a indiqué à l’AFP Ed Bangs, le principal responsable de la gestion des loups auprès des US Fish and Wildlife Services (FWS), en charge de la faune au département de l’Intérieur.

Dans les années 70, il ne restait des loups gris qu’au Canada et en Alaska.

"La loi sur les espèces menacées a été un succès et a permis le retour des loups", a ajouté M. Bangs, basé dans le Montana.

Un bilan sera dressé après cinq ans et dans certaines régions les loups pourraient être à nouveau désignés espèces en danger si leur population devait décroître.

"Les Etats vont pouvoir utiliser la chasse comme un outil de gestion de la population de loups. La saison va s’ouvrir à l’automne et les chasseurs auront la possibilité d’acquérir une licence pour chasser le loup", a expliqué ce spécialiste.

"Cette chasse ne va pas décimer les populations mais au lieu d’avoir un gars comme moi qui abat un loup depuis un hélicoptère après qu’il eut attaqué du bétail, vous aurez des chasseurs licenciés qui tireront un loup dans des conditions de chasse équitable", a-t-il relevé.

L’année passée, sur une population de quelque 5.500 loups dans les régions des Grands Lacs et des montagnes Rocheuses, plus de 5O0 bêtes ont été abattues parce qu’elles avaient attaqué du bétail. Malgré cela, la population de loups a progressé de 8% dans ces régions en 2008.

Selon M. Bangs, "10% des loups" attaquent les troupeaux et tirer au fusil des animaux depuis un hélicoptère, "ce n’est pas de la chasse, c’est une solution pour gérer des animaux problématiques", estime-t-il.

Le retrait du loup de la liste des espèces en danger ne va pas sans susciter une levée de boucliers, parmi ses ennemis ou ses amis.

"Nous savons déjà que l’on va être poursuivis en justice par des groupes de défense des animaux qui pensent que l’homme ne doit pas tuer le loup et par des associations environnementales qui ne font pas confiance aux Etats pour le protéger", a expliqué à l’AFP M. Bangs.

Il a aussi précisé que l’Etat du Wyoming, qui avait mal accepté la réintroduction du loup sur son territoire il y a plus de dix ans, veut également intenter une action en justice pour avoir aussi le droit de le chasser.

"Nous allons être poursuivis en justice à la fois par ceux qui aiment et par ceux qui n’aiment pas les loups. C’est typique de la problématique qui accompagne toujours la gestion des loups", ajoute cet expert.

"Avec les loups, assure-t-il, les symboles prennent le pas sur la réalité".

Partager cet article :

Soutenir par un don