Accueil > Canis lupus : le loup > France : le retour du loup > Le loup italien Ligabue est passé en France

Le loup italien Ligabue est passé en France

mercredi 17 novembre 2004, par Le Monde

Certains l’ont baptisé "Ligabue", mais, pour les scientifiques qui le suivent à la trace depuis plus de huit mois, son nom de code est M-15. Il s’agit d’un jeune loup italien qui vient de rejoindre clandestinement ses congénères quelque part dans le parc du Mercantour, après avoir parcouru en solitaire un millier de kilomètres depuis les contreforts des Apennins, ses montagnes natales, dans la région de l’Emilie.

Accidenté le 24 février en traversant une autoroute de la banlieue de Parme, l’animal avait été soigné avant d’être relâché au bout de dix jours, équipé d’un collier utilisant les technologies GPS-GSM. Ainsi, des chercheurs de Parme et de l’université La Sapienza à Rome ont pu suivre au jour le jour le parcours du prédateur, grâce aux messages SMS que Ligabue, premier loup de l’histoire à utiliser des "textos", leur envoyait toutes les six à douze heures.

Pour franchir les quelque 250 kilomètres de sa migration, le loup a beaucoup tâtonné, ainsi qu’en témoigne la carte publiée lundi 15 novembre par La Stampa. Rendu à la liberté dans le parc naturel des Cent Lacs, en Emilie, il n’est pas retourné à l’est, vers la région de Modène où il est né en mai 2003, mais il a "exploré" la Toscane avant de mettre le cap au nord. Le loup a connu des difficultés au nord de Gênes, lorsqu’il abandonna la ligne de crête des Apennins pour se risquer vers la plaine du Pô. Il a ensuite rectifié le cap et continué son chemin vers l’ouest. Il a franchi la frontière française dans la nuit du 28 au 29 septembre, via le col de Tende.

"Notre travail dément les sceptiques, qui croyaient impossible un retour spontané sur d’aussi longues distances et à travers des territoires aussi hostiles, a déclaré Paolo Ciucci, de l’université La Sapienza. Cela démontre que les loups arrivés en France en 1992 et qui ont colonisé les Alpes occidentales proviennent de la population des Apennins, sans que personne les y ait amenés." La preuve par M-15, en somme, que loups français et italiens sont une même famille.

Depuis son arrivée en France, la ruée vers l’ouest s’est arrêtée. Les récents SMS indiquent que l’animal tourne en rond sur un territoire d’environ 950 km2, sans doute à la recherche d’un groupe auquel s’intégrer. Ligabue devrait donner de ses nouvelles jusqu’à l’été 2005, date de péremption des batteries de son collier.

Mort de M-15

Mise à jour du 16 octobre :
Le cadavre de M-15 a été retrouvé le 19 février, environ une semaine après sa mort, dans le Parco Naturele della Valle Pesio, Province de Cuneo, dans une zone proche de la frontière française où il avait déjà séjourné durant le mois d’octobre 2004 (comme cela a pu être vérifié grâce au suivi balisé par messages SMS).
L’équipe chargée de le localiser, s’étant trompée sur les fréquences (...), a mis une semaine pour retrouver le cadavre, en partie dévoré par les sangliers et les charognards. Les causes de sa mort n’ont, de ce fait, pas pu être determinées avec certitude puisqu’il n’a été retrouvé que le crâne, une partie de la carcasse et le collier émetteur de M-15.
Le périple de ce dernier aura toutefois permis d’affirmer que le retour du loup dans le Mercantour et bien le fait d’une recolonisation naturelle venant d’Italie.

P.-S.

Source : © Le Monde - Jean-Jacques Bozonnet

Portfolio

Trajets de M-15, ces derniers mois
Partager cet article :

Soutenir par un don