Accueil > Les archives > Le loup est-il revenu dans le Jura ?

Le loup est-il revenu dans le Jura ?

vendredi 15 juin 2007

L’attaque d’un troupeau près de Morez début juin a fait naître l’hypothèse qui doit être confirmée par le préfet du Jura ce matin, à Lons-le-Saunier.

Un loup dans le Haut-Jura ? Cette éventualité est prise très au sérieux après l’attaque dont a été victime un troupeau de mouton, à Grande-Rivière, un village situé non loin de Morez, dans la nuit du 1er au 2 juin. Le samedi matin, au lieu-dit « les Chauvins », l’agricultrice Claire Gadiolet a découvert 18 de ses bêtes égorgées et 29 autres plus ou moins grièvement blessées. Avec son mari Romain, le couple exploite cet élevage destiné à la boucherie depuis deux ans avec 450 moutons dont 230 brebis.

Indices plausibles

Confiée aux gendarmes de Saint-Laurent-en-Grandvaux, l’enquête a rapidement écarté l’hypothèse d’un lynx pour se concentrer sur celle d’une attaque de canidés : chien errant ou loup, dont c’est le comportement face à un troupeau affolé, de tuer ou mutiler les individus, excité par la vue du sang.

« Il est difficile de déceler des traces dans les herbes hautes mais selon mes sources, les gardes de l’office national de la chasse auraient relevé certains indices qui, sans pouvoir l’affirmer formellement, permettent de suspecter un loup », confie Jean-Pierre Monnier, le maire de Grande-Rivière.

Cette piste, tout à fait plausible, est encore confortée par la conférence de presse organisée ce matin par Christian Rouyer, le préfet du Jura. Si le service de presse de la préfecture se refuse à tout commentaire avant l’intervention du représentant de l’Etat, il est indiqué que de nouveaux éléments de détermination sont effectivement attendus tôt ce matin.

Déjà dans l’Ain

La présence du loup dans le Jura n’est pas une ineptie selon les spécialistes. « Sa présence a été formellement détectée dans le Bugey (Ain) et dans l’arc jurassien central, ici et là, dans les cantons suisses de Neuchâtel, Vaud et du Jura », expliquait récemment à L’Est Républicain, le biologiste franc-comtois Emmanuel Cretin, membre de la mission loup au plan national.

Le loup est de retour. Ce qui pose assez fréquemment des problèmes avec les éleveurs. Disparu de l’Hexagone depuis la fin du XIXe siècle, il est revenu en France en 1992 via l’Italie, les Appenins et le Mercantour. Sa population est estimée à 70 ou 80 individus.

On se souvient du loup abattu dans les Vosges en 1994 et de celui aperçu à plusieurs reprises à Guyans-Vennes (Doubs), en septembre 2002, sans que cela puisse être confirmé par de réelles preuves cependant. Le loup ne se déplace pas forcément en meute. Un individu isolé peut partir seul à la recherche d’un nouveau territoire de chasse.

Voir en ligne : Est Républicain, 15 juin 2007

P.-S.

Partager cet article :

Soutenir par un don