Accueil > Canis lupus : le loup > Des loups et des hommes > Le loup dans la peau

Le loup dans la peau

Tatouages

samedi 22 février 2003, par Thierry

Si l’aigle est l’animal emblématique de Harley Davidson, on retrouve souvent des images de loups autour de ce thème. Peint sur une moto, sur un tee-shirt ou tatoué sur le bras d’un motard, la symbolique du loup présente certaines similitudes avec le milieu des bikers : la soif de liberté, l’esprit d’équipe, le goût de l’aventure et une "mauvaise réputation" !

Ma passion des loups m’a amené à collectionner toutes sortes d’objets, et documents : des articles de presse, des ouvrages spécialisés, des photos, des jouets, des figurines.

Publicité Harley Davidson

Un jour je suis tombé lors d’une convention de motard sur de superbes tatouages de loups. Depuis, je "pars à la chasse" armé de mon appareil photographique pour débusquer les plus belles "fresques épidermiques" consacrées à canis lupus.

On pourrait s’attendre à trouver beaucoup de représentations agressives de loups, en fait les illustrations tribales ou totémiques (avec une forte influence amérindienne) sont légion et il y a surtout des hommages à la beauté de cet animal.

A propos du tatouage

Le tatouage moderne consiste à dessiner sur la peau (ou plus exactement sous la peau), en appliquant une encre à l’aide d’un dermographe électrique (c’est une aiguille qui vibre à très grande vitesse grâce à des électro-aimants), certains tatoueurs travaillent encore selon des méthodes ancestrales héritées d’orient et utilisent une tige de bambou.

Johny Halliday
Son tatouage de loup

Ces dernières années, le tatouage a énormément évolué, aussi bien en technique (couleurs, qualité des encres et du matériel) que pour l’approche artistique, aujourd’hui on est loin des grossiers encrages bleus et l’on peut parler de véritables œuvres d’art représentant des heures de travail.

Le tatouage n’est plus réservé aux "mauvais garçons", il devient un véritable phénomène de mode. Des stars du show-biz, des sportifs, des top models sont de plus en plus nombreux à arborer un tattoo.

P.-S.

Quelques conseils si vous voulez vous faire tatouer :
- N’oubliez pas qu’un tatouage c’est pour la vie ; Malgré les progrès de la chirurgie laser, on n’efface jamais complètement un tatouage : REFLECHISSEZ BIEN AVANT, ou contentez-vous de tatouages au henné !
- ATTENTION : Le SIDA comme d’autres maladies peuvent se transmettre par les aiguilles, le matériel doit être stérilisé, le tatoueur doit porter des gants, des règles strictes d’hygiènes doivent être respectées…
- Ne vous faîtes jamais tatouer sur un coup de tête ou pour faire plaisir à quelqu’un.
- Préféré les tatoueurs professionnels officiellement installés, à ceux qui font ça en dilettante.
- Un dialogue doit s’instaurer avec le tatoueur, il vous conseillera sur le choix d’un flash (c’est le modèle du dessin), ou mieux s’adaptera exactement à votre souhait, il doit être capable de reproduire un dessin que vous lui amènerez. N’hésitez pas à revenir plusieurs fois avant de vous lancer, vous aurez certainement l’occasion de le voir travailler.
- N’hésitez pas à demander conseil à quelqu’un de tatoué sur les bonnes adresses. Ne vous fiez pas toujours aux photos qui sont présentées en vitrines, ce sont souvent des illustrations de magazines.
- Les prix vont de quelques dizaine d’euros pour une petite rose sur l’épaule à plusieurs milliers d’euros pour une reproduction de la Chapelle Sixtine dans le dos. Mais ça se discute !
- Le tatouage est plus ou moins douloureux (en fonction de la partie du corps, de la surface, de l’habilité du tatoueur, et de votre peur des aiguilles), on peut comparer avec une bonne séance chez le dentiste, un minimum de masochisme est donc de rigueur !
- N’espérez pas exhiber votre tatoo avant plusieurs jours, c’est tout de même une agression de la peau qu’il faut laisser cicatriser (un traitement à la biafine est conseillé).
- Après un premier tatouage, on est souvent pris au jeu, la récidive vous guette…

Portfolio

Partager cet article :

Soutenir par un don