Accueil > Les archives > Le WWF et Pro Natura s’opposent à ce que le loup soit exterminé avec la (...)

Communiqués de presse WWF Suisse

Le WWF et Pro Natura s’opposent à ce que le loup soit exterminé avec la bénédiction des autorités

Dépôt auprès de la Chancellerie fédérale d’une pétition en faveur du loup revêtue de près de
70 000 signatures

lundi 26 août 2002

En deux mois seulement, le WWF Suisse et Pro Natura ont recueilli 68’467 signatures pour leur pétition en faveur du loup. Des personnes de toute la Suisse montrent ainsi qu’elles ne sont pas indifférentes au sort du loup et des moutons en Suisse. Les deux plus grandes organisations suisses de protection de la nature et de l’environnement demandent aux membres du Conseil national, lors de la session d’automne, de ne pas suivre le Conseil des États en ce qui concerne la protection du loup en Suisse.

Le WWF Suisse et Pro Natura s’opposent à ce que le loup soit exterminé avec l’agrément des autorités. Les deux organisations de défense de la nature et de l’environnement ont déposé jeudi à la Chancellerie fédérale une pétition pour la protection du loup munie de près de 70’000 signatures. Elles demandent que le loup demeure protégé en Suisse et que les autorités interviennent vigoureusement en cas de braconnage d’animaux protégés. Elles les invitent en outre à développer et à promouvoir les mesures de protection des troupeaux d’animaux domestiques.

Responsable de la protection des espèces indigènes au WWF Suisse, Doris Calegari est satisfaite de la collecte de signatures : "Elles ont été réunies sans effort particulier." Divers échos montrent que la protection du loup est largement soutenue aussi dans les régions de montagne. "La pétition n’est pas seulement axée sur une meilleure protection du loup : elle demande également une protection suffisante des moutons" précise Silva Semadeni, présidente de Pro Natura. Si les troupeaux sont mieux protégés, les moutons seront moins exposés aux attaques du loup, mais également de chiens errants, ainsi qu’aux accidents et aux maladies. Avec le concours de propriétaires de moutons, le WWF teste la protection de troupeaux dans plusieurs cantons de montagne, notamment au moyen de chiens de bergers et de clôtures électriques.

La loi ne laisse aucun doute : le loup est protégé en Suisse. Mais cette protection ne lui a guère servi jusqu’ici. Au moins huit loups venus d’Italie ont gagné notre pays ces dernières années. Dans nos Alpes, ils trouvent des conditions de vie favorables. La forêt est plus étendue que précédemment, les populations de chevreuils, de cerfs et de chamois se sont rétablies. Néanmoins, aucun loup n’a pu se maintenir chez nous. Quelques individus sont repartis, ont succombé à des accidents ou à des tirs illégaux. Tous les autres ont été abattus avec une autorisation officielle.

Mais pour les adversaires du loup, cela ne suffit pas. La motion déposée par le conseiller aux États grison Maissen (PDC) demande que le loup soit retiré de la liste des espèces protégées. Si cette exigence était soutenue par le Conseil national, la Suisse serait le seul pays européen dont la politique nationale admet ouvertement l’extermination d’une espèce animale menacée au plan mondial. Mais la motion Maissen ne permet pas de sauver le moindre mouton : elle aggrave la situation du loup, mais aussi celle des propriétaires de moutons, car la Confédération ne verse des indemnités que pour des dommages causés par des animaux protégés. Pas de protection - pas d’indemnités.

P.-S.

Informations complémentaires :
Catherine Martinson, WWF Suisse : mobile 079 360 56 75
Nathalie Rochat, Pro Natura : mobile 078 601 81 27

Partager cet article :

Soutenir par un don