Accueil > Les archives > Le Conseil national n’a pas peur du loup

Communiqués de presse WWF Suisse

Le Conseil national n’a pas peur du loup

mardi 18 mars 2003, par le WWF

Le WWF Suisse se réjouit du rejet de la motion Maissen par le Conseil national

Aujourd’hui, la motion Maissen "Abroger le statut d’animal protégé actuellement accordé au loup" a été repoussée par le Conseil national. Cela signifie que la Suisse prend au sérieux un accord international aussi important pour la protection de la nature que la Convention de Berne. Pour Doris Calegari, responsable de la protection des espèces au WWF Suisse, il est clair que "d’autres loups viendront dans notre pays. Dans différents cantons, le WWF Suisse poursuivra, avec le concours de propriétaires de troupeaux, la mise en ouvre de ses projets de protection contre les grands prédateurs."

La Suisse a ratifié sans réserves la Convention de Berne de 1982, qui protège le loup. En Italie et en France, pays voisins où vivent des loups, il existe aussi des conflits d’intérêts entre l’agriculture et la protection de l’espèce. Les deux pays ne songent pas pour autant à remettre en question la Convention de Berne. Chez nous, cela aurait conduit à fragiliser l’ensemble de la politique nationale de protection de la nature.

Emettre une réserve pour une seule espèce (en l’occurrence le loup) créerait un fâcheux précédent, permettant par la suite de lever inconsidérément des dispositions protectrices gênantes dans le cadre d’autres conflits d’intérêts régionaux.

D’autres moutons périront à l’avenir s’ils ne sont pas protégés. Lever la protection du loup n’apporte pas de solution au problème des dommages supportés par les propriétaires. La surveillance des troupeaux ne sert pas seulement à les protéger contre les prédateurs ; elle permet aussi un pacage ciblé, ménageant les pâturages les plus sensibles.

P.-S.

Pour en savoir plus : WWF SUISSE

Partager cet article :

Soutenir par un don