Accueil > Les archives > La diversité perdue des loups d’Amérique

La diversité perdue des loups d’Amérique

jeudi 2 décembre 2004

Même si le loup repeuple un jour l’ouest des Etats-Unis, la diversité génétique de l’espèce restera très pauvre par rapport à ce qu’elle était au 19e siècle, avant qu’une politique délibérée d’éradication soit menée, affirment des chercheurs américains et suédois. L’existence d’une large population de Canis lupus au Canada - environ 70.000 individus aujourd’hui- et en Alaska permettait d’espérer que la diversité génétique ait été conservée et qu’elle puisse être réintroduite aux Etats-Unis.

Espoir contrecarré par l’étude de Carles Vila, Robert Wayne et Jennifer Leonard, qui ont comparé le patrimoine génétique de 34 spécimens de loups gris ‘’historiques’’, conservés au Muséum d’histoire naturel de Washington, avec celui d’espèces actuelles. Les chercheurs ont mis en évidence 13 profils génétiques (haplotypes) différents pour 34 espèces ’’historiques’’ contre 10 profils pour 96 espèces modernes. Ces conclusions sont publiées dans la revue Molecular Ecology.

Près de 400.000 loups vivaient dans l’ouest des Etats-Unis et au Mexique avant que cet animal soit exterminé au début du 20e siècle.
Publicité

Les loups ont déjà été réintroduits avec succès dans le Yellostowne National Park, dans le Wyoming. Vila et ses collègues soulignent cependant qu’un habitat organisé par ‘’poches’’ ne permet pas les habituels déplacements sur de très longues distances des loups et les échangent avec d’autres populations qui concourent à la richesse génétique des espèces.

P.-S.

Source : nouvel obs du 29 novembre

Partager cet article :

Soutenir par un don