Accueil > Canis lupus : le loup > Histoires de loups > La Bête du Gevaudan > La Bête du Gévaudan : Le loup acquitté enfin !

Nouvelle édition - largement enrichie

La Bête du Gévaudan : Le loup acquitté enfin !

août 2007, par Hervé Boyac

Ce second livre remplace le précédent, sorti en mai 2004 et intitulé : “La Bête du Gévaudan, Plaidoyer pour le loup”. Il le complète avantageusement.

Dans ce premier ouvrage je me limitais à énoncer que le loup n’était probablement pas le coupable de toutes ces attaques meurtrières.

Cette nouvelle production va plus loin dans les analyses, apporte des compléments, corrige certaines inexactitudes, (dates, lieux,…) et disculpe sans ambiguïté le loup de l’affaire de la Bête du Gévaudan ; de même il
écarte définitivement les hypothèses non plausibles, telles que celle de l’homme agissant seul.

Mais surtout il étudie en détail l’éventualité d’un animal exotique, et plus particulièrement certains félins. Pour clore ce préalable je dirai que mes réflexions essaient de s’approcher au plus près de ce que pouvait être la Bête, la vraie, selon moi.

Résumé

La bête apparaît en juin 1764, dans le sud du Gévaudan, ce Comté devenu depuis le département de la Lozère.

Très vite, elle va semer la terreur parmi les habitants de cette région rurale et austère,
déjà éprouvée par les guerres de religion passées, les hivers rigoureux, les famines
et épidémies.

Les rescapés des attaques diront sans hésitation qu’il ne s’agit pas d’un simple loup,
mais d’un autre animal inconnu ici qu’ils nommeront “La Bête”. Celle-ci s’attaquera
prioritairement aux enfants dont la tâche principale consiste à garder le bétail, tuant
avec une audace déconcertante. Elle va déjouer tous les pièges, et échapper à toutes
les chasses menées contre elle par les plus grands spécialistes en la matière, envoyés
par le Roi Louis XV en personne.

La Bête est imprévisible, elle accomplit de longs déplacements, elle est partout, elle
survit aux coups de feu reçus, bref elle paraît ubiquiste et invulnérable.
Les paysans désespérés, se rallient d’ailleurs aux propos religieux de l’Évêque pensant
que la Bête est un démon que seule l’aide de Dieu permettra de détruire.
Enfin après quatre années de ravages, la Bête tombera sous les balles d’un paysan
nommé Jean Chastel, et les attaques cesseront à jamais.

En plus de sa connaissance des lieux, ce dernier avait découvert que la Bête n’était
pas un animal ordinaire, et que de surcroît elle n’agissait pas seule mais dépendait
d’un appui humain. Pour faire cesser les attaques, il ne suffirait donc pas d’abattre
la Bête, il fallait aller plus loin. Après mûre réflexion, c’est ce qu’il fit pour délivrer son
pays de tant de souffrances.

Qui a pu imaginer un tel complot et pourquoi ?

Nous sommes à 25 ans de la future révolution et les tensions commencent
être très vives dans les provinces aussi ; de vieux conflits resurgissent.
Plusieurs aristocrates locaux peuvent être tentés de se venger des préjudices que la
monarchie, déjà vacillante, leur a causés. La Bête – et son lot de meurtres – est un
moyen parmi d’autres pour déstabiliser le Royaume comme de nos jours des
agitateurs sèment des embûches aux démocraties.

Ainsi au 19 juin 1767, cette machination diabolique qui a perduré 1000 jours, aura
provoqué la mort d’au moins 80 personnes connues, dont 70 enfants, en près de
170 attaques répertoriées officiellement.
Depuis lors en France le loup est trop souvent tenu pour responsable de cette odieuse
affaire dans laquelle il est pourtant hors de cause.

Ce second livre a pour but de s’approcher un peu plus encore de la vérité, en essayant
de rendre plausibles les faits qui ont endeuillé cette période déjà lointaine de
notre histoire, tout en disculpant le loup sans équivoque.

Sommaire

Un autre regard sur cette affaire historique, une analyse poussée et une réflexion de fond résultant de douze années de travail. Un ouvrage de plus de 300 pages au format 17 x 24, plus de 100 illustrations couleur, dont des cartes grands formats.

Pour commander le livre par souscription au prix de 26 € (+5€ de port), au lieu du prix normal de 34 €, téléchargez le bon ci-dessous.

Documents joints

Partager cet article :

Soutenir par un don