Accueil > Les archives > L’âme de louve qui étudie les loups

Québec

L’âme de louve qui étudie les loups

mercredi 28 février 2007

Artiste à l’âme de louve, la Gatinoise Ana Francine Béland a consacré les deux dernières années de sa vie à étudier la place du loup dans l’imaginaire collectif, à le dessiner de façon sauvage et spontanée et à créer le livre d’art qu’elle lancera ce soir, à la Galerie Montcalm (Québec).

Présenté sous la forme de 15 coffrets uniques, arborant entre autres des retailles de poils de la bête, Le loup vient, frappe et disparaît rassemble un recueil de pensées, de poèmes et d’expressions populaires sur cet animal, ainsi que 15 estampes comme autant de dessins qu’elle a délibérément choisi de ne pas retoucher pour en conserver l’émotion du geste.

"Les animaux ont toujours été très importants pour moi. C’est peut-être à cause de mon âme autochtone, mais je crois qu’on peut se reconnaître dans les animaux et dans le loup. Comme je l’ai écrit dans le livre, j’ai une âme sauvage et libre et je me reconnais dans la louve, dans cet animal fascinant qui nous ressemble et qui est pourtant si mal-aimé. Selon certains autochtones, il symbolise la transformation, le courage de revisiter sa vie", raconte Ana Francine Béland.

Cette dernière a enseigné la gravure, le design, l’illustration, le dessin, les médiums traditionnels et numériques en 20 ans de carrière à l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Elle a également participé à la fondation, en 1984, du centre d’art contemporain Axe Néo-7.

Mme Béland s’est d’abord intéressée à la présence du loup dans les contes pour enfants et au thème de la "dévoration", dans des classiques tels Le Petit Chaperon rouge et Les trois petits cochons. "J’ai voulu savoir à quel point le rôle du loup avait évolué, et comment les représentations visuelles de l’animal avaient elles aussi changé au fil du temps. Le loup a de tout temps ou presque été associé au diable, au démon ou à une source de danger", fait valoir celle qui a fait de ce thème le coeur d’une exposition tenue à Montréal, l’an dernier, où l’artiste avait créé 10 illustrations pour présenter l’évolution du loup du Petit Chaperon rouge au loup devenu... végétarien, afin de devenir l’ami des trois petits cochons.

Voir en ligne : www.cyberpresse.ca

Partager cet article :

Soutenir par un don