Accueil > Canis lupus : le loup > Où voir des loups ? > Parcs et zoo : visites et rencontres > Impressions d’Alpha

Impressions d’Alpha

Petite visite subjective du parc à loups

mercredi 12 juillet 2006, par Netsuke

Saint-Martin-Vésubie. A une soixantaine de kilomètres de Nice, ce gros bourg montagnard, classé station climatique, surnommé la petite Suisse niçoise, s’enorgueillit depuis juin 2005 d’une nouvelle attraction touristique : le parc Alpha.

Passerelle d’accès

Ce matin-là, nous ne sommes pas venus de Nice même, mais d’un petit village de l’arrière-pays niçois, Coaraze, juché au sommet d’un piton rocheux. Presque deux heures de voiture, sur des routes sinuant à flanc de roche. Vertigineux. Nous y voilà : Saint-Martin-Vésubie, verte et accueillante, aux portes du Mercantour, et son parc Alpha qui, pour voir le jour, a déchaîné les passions. Car dans la région, terre d’élevage où on emmène les brebis pâturer à l’estive, on est majoritairement, et ataviquement, contre le loup. Contre la « beste » croqueuse de moutons qui, depuis 1992, venue d’Italie, s’est réimplantée dans le secteur.

Une quinzaine de minutes plus tard, Saint-Martin-Vésubie bien en-dessous de nous, nous arrivons au Boréon. La route s’arrête là. Cul-de-sac. Impression de bout du monde. Les téléphones portables sont aux abonnés absents. Même le réseau bancaire a déserté les lieux [1]. Nous voici prêts à laisser derrière nous « le temps des hommes » pour entrer dans « le temps du loup ».

Les Vacheries

Des parcs à loups, nous en avons déjà vu. Mais d’aussi beaux, sans doute pas. Le concept révolutionne l’univers des enclos : tout est fait pour préserver l’animal, quitte à ce que le visiteur reparte sans avoir vu l’ombre d’un croc. Enfermé dans des cahutes de verre et de bois, on ne peut compter que sur sa chance ou sa patience pour entr’apercevoir celui qui fait battre notre cœur. Ici, on a le sentiment d’une nature préservée, d’un réel souci écologique, d’une volonté sincère et honnête de parler du loup sans l’exhiber, sans le transformer en bête de foire soumise à tous les caprices.

Peu ou pas imprégnés, les animaux (une vingtaine de loups européens, répartis en trois enclos) semblent en très grande forme. Le poil brillant, minces et furtifs, aux aguets, ils vivent leur vie de loups, certes encagés, mais néanmoins très tranquilles. Les soigneurs, soucieux de leur bien-être, leur apportent quotidiennement diverses stimulations sensorielles, histoire de les motiver à bouger, un peu comme s’ils étaient libres. Ils ont le relief accidenté de la montagne, l’eau sauvage de la Vésubie, les grands arbres pour se protéger des regards indiscrets.

Le lecteur l’aura compris : on ne va pas au parc Alpha pour voir des loups. On y va pour s’initier à la culture du loup. Pour s’immerger dans l’histoire d’un animal mythique, dont le retour s’accompagne de violences et d’intolérance. On y va aussi pour prendre un bon bol d’air pur et puis, surtout, pour rêver devant les magnifiques scénovisions qui nous le racontent, lui, le fascinant, le mythique. Du côté des bergers, avec Auguste et sa petite-fille Marie, du côté des spécialistes, avec Jean l’éthologue, du côté de ceux qui l’ont chassé, avec Bastien le louvetier. Et l’on ressort émerveillé du travail effectué par celles et ceux qui ont réalisé ces petits films. Entre théâtre et documentaire, fiction et histoire, le réel et l’imaginaire se mêlent.

Plan du parc

Tous les thèmes sont abordés avec soin. Avec pédagogie aussi. Pour que les spécialistes comme les néophytes y trouvent leur compte. Rien n’est laissé au hasard. Choisis avec le plus grand soin, les mots, les images, les objets nous racontent les différentes facettes du grand prédateur. Objet de crainte ou d’adoration, bête diabolique chassée sans répit, avec cruauté, ennemi juré des bergers qui, pris dans la tourmente de la mondialisation, ne voient en lui que la contrainte de trop, animal enfin, tout simplement, indispensable maillon de la chaîne de la vie, au sommet de la pyramide, à notre image en somme.

Et nous voici redevenus des enfants. A pas de loup, nous vivons un conte éveillé... Chut, le temps s’est arrêté...

Pour en savoir plus :

Le parc est ouvert tous les jours de l’année, de 10h00 à 18h30.

Notes

[1Il est impossible par exemple de payer par CB à la boutique. Info utile à savoir : se munir de liquide !

Partager cet article :

Soutenir par un don