Accueil > Les archives > Hurlements de « loups » à Paris

Hurlements de « loups » à Paris

lundi 7 novembre 2005, par Netsuke

A l’appel de plus de quatre-vingts associations, dont loup.org, quelque trois mille personnes se sont rassemblées samedi 5 novembre devant le Panthéon, afin de manifester pour la nature, la biodiversité et le respect de la vie animale. Seul bémol : cette seconde édition, qui coïncidait avec le premier anniversaire de la mort de l’ourse Cannelle, n’a pas drainé autant de forces vives que la précédente. Fort heureusement, les loups de La Meute étaient là, plus dynamiques et motivés que jamais.

Il faut dire que cette année, nos amis les loups n’ont pas été à la fête. Dernier rebondissement en date dans la saga « haro sur les loups » menée de front par les éleveurs, les chasseurs et la plupart des politiques, tous partis confondus, l’amendement à la loi d’orientation agricole déposé il y a quelques jours par le groupe socialiste au Sénat (lire cet article).

Pour les loups du quebec

Forts de leur certitude qu’il faut faire entendre la voix des pro-loups pour protéger les grands prédateurs de la vindicte populaire - et populiste -, environ trois cents personnes avaient pris place derrière les banderoles de loup.org et de La Meute. Quelques représentants du Clan des loups (www.clanloups.com), association québécoise de protection du loup, s’étaient également joints au groupe.

Répondant à l’appel lancé il y a quelques semaines par Thierry, plusieurs petits chaperons rouges, sans mère-grand mais avec leur panier de victuailles, menaient la troupe, haute en couleurs et très remarquée par les photographes présents pour couvrir l’événement. Il faut dire qu’avec Mickaël Brangeon comme loup alpha, sacré meilleur hurleur de l’attroupement, et quelques meneurs de La Meute comme chefs d’orchestre, le cortège lupoïde qui s’est égrené du Panthéon jusqu’à Denfert Rochereau n’est pas passé inaperçu !

Quelques kilomètres et plusieurs heures plus loin, chaque président ou représentant d’association a été invité à monter sur l’estrade d’honneur pour faire part de son point de vue et de l’implication de son mouvement dans le mot d’ordre du jour. Le représentant d’« Animaux en péril », une association belge déjà présente l’année dernière, a ainsi fustigé avec virulence cette « France de la honte, auto-proclamée terre des droits de l’homme et incapable de garantir les droits des animaux ».

Thierry de loup.org et sandrine de FERUS

Thierry quant à lui, accompagné de la marionnette « loup » qui ne l’a pas quitté de l’après-midi, a évoqué la récente manifestation « bon enfant » d’éleveurs, au cours de laquelle était brandie une banderole appelant explicitement au meurtre des pro-loups (lire cet article).

En dehors de la stricte problématique du loup, de l’ours ou du lynx, défendue par Ferus ou loup.org, problématique qui avait initié la toute première rencontre en 2004, de nombreuses sensibilités écologiques ou de la cause animale étaient elles aussi à la fête samedi. Derrière les bannières SPA, LPO, WWF, RAC, étaient rassemblés des militants de tous bords et de tous horizons, désireux d’œuvrer à la survie d’une nature plus que jamais inféodée à l’homme, sacrifiée à son bien-être immédiat et à ses exigences pécuniaires et mercantiles. A Valence, d’autres manifestants faisaient entendre leur voix au même moment, et selon la même thématique. Si chacun y met du sien, la troisième édition du rassemblement, l’an prochain, pourrait peut-être porter sur les fonts baptismaux une « Nature Pride » unique en son genre. Ne reste plus qu’à faire passer le message et à venir (très) nombreux en 2006...

Portfolio

Partager cet article :

Soutenir par un don