Accueil > Sur la piste du loup > Grands carnivores et ongulés sauvages.

Rapport de Recherche bibliographique

Grands carnivores et ongulés sauvages.

vendredi 26 mars 2004, par Emmanuelle PERRET

La prédation implique trois effets directs notables sur la dynamique des populations d’ongulés : (1) le prédateur semble maintenir ses proies en bonne santé, (2) le prédateur peut ou non réguler le nombre de proies, (3) le prédateur semble stimuler la productivité des proies. Il peut aussi influencer le comportement des proies : déplacement d’habitats, adaptation des défenses face au prédateur.

Il nous a été commandé une recherche bibliographique sur l’impact des grands prédateurs que sont le loup gris (Canis lupus) et le lynx européen (Lynx lynx) sur des populations d’ongulés sauvages (espèces Nord-Paléarctiques) en vu d’une phase préalable à des études dans le Parc National du Mercantour.

Les résultats sont orientés en vu d’une extrapolation des ongulés américains et russes qui semblent avoir été les plus observés vers les ongulés de France, en particulier le mouflon (Ovis gmellini), le chamois (Rupricapra rupicapra) et le chevreuil (Capreolus capreolus).

Documents joints

Partager cet article :

Soutenir par un don