Accueil > Les archives > Google map c’est du passé :la carto vue par Peuple Loup

Google map c’est du passé :la carto vue par Peuple Loup

mardi 20 novembre 2007, par Peuple Loup

Comme vous le savez sûrement , Peuple Loup se prépare à observer une meute de loup en milieu naturel pendant trois ans.

L’évolution du projet sera détaillée sur un site Internet, mis à jour régulièrement depuis la zone d’étude. Il sera composé des photos prises durant le reportage, des carnets de routes tenus quotidiennement par le photographe et des articles d’informations environnementales, validés et complétés par la biologiste en charge du projet.

Dans le cadre de ce projet, Julie Dewilde, écologue, souhaite étudier le domaine vital (délimitation, taille, variation entre les saisons...) de la meute ainsi que l’utilisation de son territoire.

Pour cela, une cartographie de la zone d’étude et en particulier de l’habitat est nécessaire. Même si dans la plupart des études sur le loup les données sont obtenues par radiotracking et pourront donc difficilement être comparées, le pistage utilisé ici permettra de recueillir des données très précises de localisation qui pourront être analysées pour obtenir des informations très intéressantes sur l’écologie de la meute.

Cartographie de la zone d’étude et du territoire

Le pistage en temps réel et la longue durée de l’étude va offrir une quantité importante de données et d’indices de présence.
Ces informations sont essentielles et permettent de déterminer l’ensemble des actions de la meute sur les différentes zones de leur territoire.
Afin de regrouper le maximum de données, l’observateur devra recenser plusieurs types d’indices :

  • 1.Excréments
  • 2.Empreintes
  • 3.Carcasses
  • 4.Rencontres visuelles

et associer ceux-ci avec les dates relevées.

Ces données seront envoyées à l’intervenant scientifique. Grâce aux points GPS (Global Positioning System) de ces indices, obtenus à partir d’un équipement adapté, chaque information de localisation est reportée sur une carte numérique aérienne de la zone d’étude en utilisant un logiciel de Système d’Analyse Géographique (SAG), développé par la société Articque, partenaire du projet.

Analyse des données

La base de données ainsi obtenue sera extraite et analysée sous Range. Des modèles paramétriques (Kernel) ou non-paramétriques (Minimum Convex Polygon) permettront ensuite d’estimer la taille, de visualiser le domaine vital et de montrer les mouvements de la meute.

Au bout des trois ans, nous aurons une bonne estimation de la taille du domaine vital, le but serait de déterminer d’éventuels noyaux d’utilisation à l’intérieur du territoire et d’observer les variations entres les saisons et si possible d’une année sur l’autre.

Parallèlement, une cartographie de l’habitat sera menée. Certaines études ayant montré une utilisation non-aléatoire de l’habitat dans certaines meutes de loups, il paraît intéressant de mettre en relation les localisations GPS avec l’ échantillonnage de l’habitat pour voir si la meute utilise de manière aléatoire ou non l’habitat disponible dans son territoire.

Ceci pourra également servir à une étude sur la sélection du site pour la tanière et l’utilisation de l’habitat sur différentes échelles spatiales dans le choix de l’emplacement de celle-ci.

Méthode

Afin de recueillir correctement les données, il convient de respecter certains protocoles et de définir une méthode de travail. Nous avons défini comment aborder le début du projet, qui sera fondamental pour la réussite du projet. (Voir le protocole)

De plus, il est nécessaire que Julie soit présente dès le début du projet, car il est difficile de travailler uniquement sur des cartes. Pour mettre en place des protocoles adaptés, elle doit se rendre compte de la configuration de la zone, des habitats qui la composent et des contraintes pratiques qu’imposera le mode de vie de Mickaël sur la prise de données.

La première année sera consacrée à l’exploration de la zone, les données recueillies ne pourront pas être analysées dans l’étude générale. En effet, nous devons prendre en comte un temps nécessaire d’habituation de la meute à Mickaël afin que les mouvements de celle-ci ne soient plus influencés par ses propres mouvements. Elles seront cependant données à titre informatif.

Elles serviront de base pour les deux années suivantes pour améliorer ou modifier les protocoles et méthode d’analyse si besoin est. Le but est d’obtenir une méthode claire, précise et efficace de prise de données et d’analyse pour la deuxième année, au moment où elles pourront commencer à être prises en compte dans l’analyse générale.

Pendant cette période d’exploration, Mickaël pourra précisément échantillonner et cartographier les différents habitats présents sur la zone. Nous pourrons également suivre ses déplacements sur le territoire grâce aux coordonnées GPS.

Nous allons mettre à disposition des visiteurs une carte interactive simplifiée, qui permettra de visualiser sur le site les différentes données.
Vous pouvez visualiser des exemples sur ce site.

La technologie developpée par Articque permettra de lier les informations de la carte avec les articles et les photos du site, ce qui offrira une possibilité alternative pour suivre le projet. Des options de tri par données seront mis en place, ce qui permettra au visiteur de cibler une recherche spécifique.

Contacts

Pour toute question technique concernant les méthodes d’analyse et de cartographie, vous pouvez contacter Julie, qui se fera une joie de vous détailler tout ca.

Voir en ligne : Le site de Peuple Loup

Partager cet article :

Soutenir par un don