Accueil > Les archives > Exposition-conférence sur le loup à Douai ce samedi 13 mai 2006

Exposition-conférence sur le loup à Douai ce samedi 13 mai 2006

L’initiative de trois lycéens appréciée, et couronnée de succès

jeudi 18 mai 2006, par Snakeloup

Organisée dans le cadre d’un projet d’initiation et de communication, l’initiative de tois lycéens du lycée agricole de Douai-Wagnonville - à savoir Audrey Marengo (plus connue sur le forum de la meute sous le pseudonyme de Fille de la lune), initatrice de ces événements et chef de file du groupe, composé en sus de Christophe Guémappe et Thibault Lemery - a permit ce samedi 13 mai d’offrir une conférence et une exposition peu habituelle sur le loup. Financée par des tombolas, et par les moyens du bord, cette manifestation proposa de (re)découvrir cet animal méconnu et souvent dépprécié.
C’est dans le cadre bucolique du lycée que se sont déroulés ces évenements.
Tout d’abord la conférence ; menée tambour battant par un intervenant exceptionnel et bien connu des services de loup.org qui rassembla une bonne vingtaine de personnes dans l’amphithéâtre du lycée, suivie d’un gouté au milieux des panneaux de l’exposition.

Mickaël Brangeon, passioné du loup depuis l’âge de 14 ans, raconta avec la verve que l’on sait son expérience dans le pays sauvage de la Baies James, au Quebéc, où il resta deux ans à pister les loups. On est en droit de se demander : que peut bien motiver une pareille aventure ? Pour cet homme, il s’agit avant tout d’apporter du crédit au loup, victime de sa mauvaise image, et de promouvoir un message simple par son éxpérience : le loup et l’homme peuvent cohabiter.
Le but est d’informer, il n’est pas dans l’idée ni de l’auteur de la conférence, ni dans les organisateurs, de promouvoir des propos éxtrémistes, bien au contraire.

Or donc, sur la scène de l’amphithéâtre, Mickaël nous raconte son histoire, nous la faisant vivre par ses mots et ses gestes.
Sachant qu’il n’avait le droit ni de chasser ni celui de pécher (autres que des sensations et des informations), Mickaël dut organiser son réapprovisionnement dans la ville la plus proche, perdant ainsi parfois la piste du loup. Et la retrouvant d’autres fois, après bien des péripéties qu’il se fait un plaisir à faire vivre sur scène.

Après cette conférence irracontable, mais à vivre, les invités et participants furent conduis vers une salle de cours dans laquelle se dressaient des rafraichissements, et surtout, les panneaux de l’exposition.

Au travers de photos bien réalisées et des textes soignées, ces douze panneaux format poster informent les visiteurs sur les habitats du loup, sur son mode de vie, sa vie sociale, ses habitudes, les problèmes liés au retour du loup et les conflits rencontrés avec le pastoralisme, déjà bien accablé par d’autres problèmes. Puis ils enchainent brievement avec le lynx et l’ours, qui rencontrent souvent les mêmes problèmes.
Fournis par France Nature Environnement, cette exposition vient parfaitement en complément de la conférence vue plus tôt.

De cette manfestation, au travers d’une éxpérience vécue ou de tableaux informatifs, il ressort que le loup, en effet, ne correspond pas à ce que l’on pense de lui. Au contraire d’un monstre sanguinaire, c’est un être craintif et curieux, qui a plus tendance à fuir l’homme qu’à l’attaquer. Ce qui soulève une question : pourquoi l’homme, en France, décima-t-il le loup ? Mais la réponse n’est qu’une autre question, laquelle motiva particulièrement cette journée : est-ce que l’homme a le droit d’extérminer ce qui le dérange, le gêne ou l’effraye ?

A cette question, autant la conférence que l’exposition
apportent des réponses, trop peu écoutées de l’avis général des personnes présentes.

Au final, il revient de saluer le brio avec lequel ces trois lycéens ont réussis, avec les moyens du bord et leur seule motivation, à organiser une manifestation aussi propre et bien faite, aussi informative, sur un sujet pourtant propre à la discorde. Une performance saluée par le nombre de personnes présentes, et par la qualité des informations proposées. Performance menée de main de maître par la chef de meute, Fille de la lune, amoureuse des loups et élève au lycée agricole de Douai-Wagnonville.

Partager cet article :

Soutenir par un don