Accueil > Canis lupus : le loup > Rapports officiels > Evaluation du plan loup

Rapports officiels

Evaluation du plan loup

samedi 18 mai 2013

À l’issue de sa mise en œuvre, le plan d’action national sur le loup 2008-2012 a fait l’objet d’une évaluation des ses différents volets : suivi biologique, dommages aux troupeaux domestiques et leur indemnisation, mesures de protection, intervention sur la population de loups et communication.

L’ensemble des éléments est regroupé dans le rapport d’évaluation de la mise en œuvre du plan d’action national sur le loup 2008-2012 et sa synthèse.

Rapport de synthèse

Tous les documents sont disponibles au téléchargement à la fin de cette article

Pour évaluer la qualité du fonctionnement et des productions du suivi biologique de la population de loups, assuré par le réseau loup et animé par l’ONCFS, un expert international de l’UICN (M. Olof LIBERG, coordinateur du projet Skandulv) a été mandaté par le Ministère en charge de l’écologie. Son rapport produit souligne que le programme français de suivi de la population de loups, la manière dont il est organisé, les méthodes utilisées ainsi que les personnels impliqués, se caractérisent par un niveau de qualité exceptionnellement élevé, y compris d’un point de vue international.

L’ONCFS a travaillé à l’identification de foyers d’attaques sur les troupeaux domestiques. En effet, les attaques ne sont pas réparties de façon uniforme entre les différents troupeaux soumis à la prédation et, pour un même troupeau, leur nombre peut fortement varier d’une année à l’autre. Le rapport de synthèse vise à cerner le plus précisément possible les unités pastorales où le bilan de prédation est le plus lourd et peut aider à mieux caractériser les facteurs responsables.

Le Ministère en charge de l’agriculture a réalisé une analyse de l’efficacité des mesures de protection des troupeaux domestiques face à la prédation. Les travaux menés ont conduit à élaborer une méthodologie visant à mesurer in itinere l’efficacité des moyens de protection au cours du plan d’action national sur le loup 2013-2017.

L’évaluation de l’efficacité des tirs de défense et de prélèvement pour faire baisser la pression de prédation a été menée par la DREAL Rhône-Alpes. Les résultats semblent montrer un effet des tirs de défense et de prélèvement pour réduire la pression de prédation sur les troupeaux.

D’autre part, la Chambre d’agriculture des Hautes-Alpes a mené une enquête, complétée dans un deuxième temps, sur la mise en œuvre des opérations de tirs en 2011 dans le secteur du Dévoluy.

Une mission conjointe du Conseil général de l’environnement et du développement durable et du Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux a été sollicitée pour analyser les différentes dimensions du protocole d’intervention sur la population de loups : sa perception par l’ensemble des acteurs concernés, en particulier le monde agricole, et ses aspects juridiques, techniques et opérationnels. Elle s’est appuyée sur une large consultation de plusieurs mois (élus, administrations, experts scientifiques et techniques, organisations socio-professionnelles et associatives).

Enfin, une vaste enquête sociologique a été faite par le Centre d’étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités de l’université de Nice auprès des différents acteurs concernés par le loup : services de l’État et membres du réseau loup, éleveurs, maires, associations de protection de la nature, chasseurs. La perception de la diffusion de l’information et des actions de communication a ainsi pu être analysée.

Voir en ligne : site de l’Etat consacré au loup

Partager cet article :

Soutenir par un don