Accueil > Les archives > Empoisonnement du loup dans le Mercantour : quelle justice ?

Communiqué

Empoisonnement du loup dans le Mercantour : quelle justice ?

mardi 25 novembre 2003, par l’Association Cyber-Nature

Le tribunal de Nice a, hier, fait preuve d’une grande clémence à l’égard des deux destructeurs de la nature qui avaient tué deux loups en 1997 et 1998.

Un premier loup avait été empoisonné en 1997 à la Brigue, par un berger qui avait accroché une capsule de cyanure au cou de l’une de ses brebis.
Le deuxième est mort après s’être nourri d’une carcasse imprégnée de strychnine à Saorge. Les deux bergers accusés d’avoir empoisonné des Loups dans le Parc National du Mercantour ont, comme nous pouvions nous y attendre, été épargnés par la justice.
Un mois avec sursis pour l’un et la relaxe pour le second ; les bergers eux-mêmes ne devaient pas s’attendre à pareille indulgence !

Comment pourrions-nous croire, après un tel verdict, que les lois seront respectées en ce qui concerne la protection de l’environnement en France ?
La dérive actuelle de la gestion de nos milieux naturels, que ce soit pour des raisons financières ou politiques, met en grave danger notre écosystème.

Alors que tout le monde admet que les problèmes de l’agriculture, et de la filière ovine en particulier, ne viennent ni du Loup, ni de l’Ours, ni du Lynx... ou de tout autre animal, ne risque t-on pas de condamner une activité déjà en déclin en laissant les esprits se focaliser sur de telles idées ?
L’Etat doit prendre ses responsabilités et favoriser la cohabitation entre l’homme et les grands prédateurs.

Chiens de protection, parcage des troupeaux, aides bergers... autant de solutions efficaces qui, si elles étaient mises en place, proscriraient l’éradication d’espèces protégées comme remède à tous les problèmes.
Vers quel nouveau bouc émissaire devrons-nous nous tourner quand tous les prédateurs auront disparu ?

Ne devons-nous pas craindre aussi une radicalisation des mouvements de protection de la nature, devant des décisions aussi irresponsables ?
Il semble que l’Etat joue là un jeu dangereux pour la quiétude de nos vallées, alors que des solutions existent, comme le prouvent les expériences de nos voisins Européens.

Nous ne pouvons, en tout cas, que nous indigner d’un tel jugement.

P.-S.

Contact Presse
Eric RAFFI
Président de l’Association Cyber Nature
Contact presse : 06.75.55.62.97
http://www.grandspredateurs.com
christophe.coret cyber-nature.org

Partager cet article :

Soutenir par un don