Accueil > Les archives > Du braconnage au bricolage : l’Etat cède aux braillards

Du braconnage au bricolage : l’Etat cède aux braillards

jeudi 23 avril 2009, par loup.org, FERUS

La secrétaire d’Etat à l’Ecologie vient d’autoriser la prolongation du protocole de destruction de tir de loup 2008-2009 qui était valable jusqu’au 31 mars 2009. Cette prolongation permet au préfet de Haute-Savoie, et uniquement celui-ci, d’abattre un loup avant la mise en application du nouveau protocole 2009-2010 (31 mai 2009). Neuf communes des Glières sont concernées.

La secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Chantal Jouanno, vient d’autoriser le tir hâtif d’un loup en Haute-Savoie.

Ferus condamne cette décision aux relents électoralistes.

On se souvient qu’un braconnier a tué un loup au Petit-Bornand (Haute-Savoie) en février dernier. On sait que le braconnage des loups est très important en France : à partir des données officielles, Ferus l’a estimé à au moins 100 animaux en 10 ans.

On aurait donc pu croire que la priorité en Haute-Savoie était de faire
reculer le braconnage de cette espèce protégée. Mais en période
pré-électorale, la tradition est de plaire aux chasseurs et au monde
agricole.

L’abattage de ce nouveau loup est si peu justifiée qu’il n’a même pas
été évoqué lors du dernier Groupe National Loup, où personne ne l’a
demandé : ni les éleveurs, ni l’administration locale, ni même le député
de Haute-Savoie Martial Saddier qui s’est longuement exprimé.

C’est le cabinet de Chantal Jouanno qui a quasiment forcé la main de son
administration pour obtenir la peau du loup. Ce bricolage prouve hélas que
Grenelle ou pas, la mobilisation est plus que jamais nécessaire si on veut
sauver les espèces protégées qui dérangent.

Partager cet article :

Soutenir par un don