Accueil > Les archives > Des puces pour les louveteaux

Parc animalier de Sainte-Croix

Des puces pour les louveteaux

samedi 25 mai 2002, par Thierry

C’est une première pour le parc animalier de Sainte-Croix : le 24 mai, des puces électroniques d’identification ont été implantées aux sept louveteaux nés début mai dans l’enclos des loups européens. Une technologie facilitant grandement le suivi des animaux tout au long de leur vie.

Les louveteaux de l'année
Tout a commencé avec un arrêt pris en juillet 2000 et imposant le marquage des loups en captivité. Pour répondre à cette nouvelle norme, le parc animalier de Sainte-Croix avait ainsi tatoué l’an dernier les louveteaux nés dans la structure... Mais avec, au final, un résultat peu satisfaisant. Echaudés par l’expérience -« qui avait stressé les animaux et qui ne garantissait pas une identification aisée », raconte Anne Frézard, animatrice zootechnique du parc- cette année, et pour plus d’efficacité, les services vétérinaires ont donc opté pour les puces électroniques d’identification. Une technologie porteuse de multiples espoirs, ce marquage constituant une véritable carte d’identité informatique de l’animal tout au long de sa vie et, éventuellement, permettant de tracer son cheminement de parc en parc au gré des transferts. Simple d’utilisation, en prime.

Animaux craintifs

Seule difficulté, l’injection de ces puces par seringue sous le derme des animaux nécessitait une intrusion sur le territoire même de la meute, stressée par la présence des petits. De quoi susciter quelques craintes parmi les médias invités à pénétrer dans l’enclos en compagnie des employés du parc pour immortaliser de près l’événement... Mais, explique Anne Frézard, « il n’y a en fait pas de danger, les loups étant des animaux craintifs ». Si craintifs, même, que les louveteaux sont atteints sans encombre, malgré quelques manifestations d’hostilité du mâle dominant. Résultat positif de cette opération : l’on en sait également à présent un peu plus sur les petits, examinés et vermifugés un à un. Cinq demoiselles et deux garçons forment les effectifs, et les petits pèsent chacun en moyenne 1,5 kg. Ils font, paraît-il, la fierté de leurs parents... On les comprend.

P.-S.

Source : www.dna.fr

Partager cet article :

Soutenir par un don