Accueil > Les archives > Comme Ponce Pilate, le Gouvernement se lave les mains

Communiqué de Presse

Comme Ponce Pilate, le Gouvernement se lave les mains

mardi 3 août 2004, par FNE

Lors de sa conférence de presse du 19 juillet sur le loup, le ministre de l’Ecologie Serge Lepeltier s’est voulu raisonnable et rassurant bien que les mesures annoncées pouvaient conduire à la destruction, cette année, de 10 % d’une espèce protégée dont le seuil de viabilité n’est pas atteint. La fédération France Nature Environnement s’était félicitée des points positifs de ce discours qui conditionnait les tirs éventuels à des attaques récurrentes et à la mise en place préalable des moyens de protection des troupeaux.

Les conditions avancées lors de ce discours sont aujourd’hui niées sous la pression d’une branche extrême de la corporation, de certains élus locaux et du ministre de l’Agriculture. Les arrêtés préfectoraux qui viennent d’être pris ne s’apparentent plus à des tirs en dernier recours mais bel et bien à des tirs de régulation de l’espèce. Le raisonnement ne se fait plus à l’échelle d’un alpage et de la gestion d’un troupeau pouvant être mis en difficulté par les attaques du prédateur mais à l’échelle d’une douzaine de communes par département avec une dilution complète du principe de prévention.

Le sort du loup est renvoyé aux élus locaux comme le bonus-malus automobile a été renvoyé au vote du Parlement et à l’Europe.

C’est pourquoi, France Nature Environnement a décidé de déférer ces arrêtés préfectoraux devant le tribunal administratif.

Elle en appelle aussi aux gardes chargés d’exécuter ces tirs politiques : s’ils ont un loup dans la ligne de mire de leur carabine à répétition qu’ils sachent bien que ce geste irréversible ne sera pas celui qui solutionnera les problèmes de fond de la filière ovine ni la question de la cohabitation - que nous avons toujours défendue - entre le pastoralisme et le loup.

P.-S.

Contact Presse : 03 88 32 91 14

Partager cet article :

Soutenir par un don