Accueil > Les archives > Chambéry : relaxe d’un berger ayant tué un loup

Chambéry : relaxe d’un berger ayant tué un loup

lundi 24 avril 2006, par l’Agence France Presse

Un berger savoyard, Denis Duperier, 56 ans, poursuivi pour avoir tué par balle en juillet 2005 un loup, a été relaxé lundi par le tribunal correctionnel de Chambéry, son frère Pierre a été condamné à une amende avec sursis pour avoir transporté la dépouille de l’animal.

Le tribunal a considéré que le berger n’avait pas eu l’intention de tuer un loup. Denis Duperier avait expliqué, lors de l’audience du 10 avril, qu’à la tombée du jour, son troupeau avait été attaqué par un animal, qu’il avait pris pour un chien : "Je n’ai pas pensé que c’était un loup, car mes troupeaux avaient déjà été attaqués par un chien errant", avait-il précisé.

Son frère, Pierre, 54 ans, maire de la petite commune de Jarsy (Savoie), poursuivi pour "transport d’espèce protégée", car il avait déposé la dépouille de l’animal devant le bureau de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), a été condamné à 800 euros d’amende avec sursis.

Le procureur de la République de Chambéry avait requis des peines d’amendes de 800 euros contre chacun des deux frères.

Le jugement, qui avait été mis en délibéré, a été rendu dans une salle presque vide, en présence de journalistes mais sans les bergers poursuivis.

Le jour de l’audience, plusieurs centaines d’agriculteurs, bergers et éleveurs, venus avec des tracteurs et des bétaillères, avaient manifesté leur soutien aux bergers poursuivis dans les rues de Chambéry et bloqué pendant 3 heures la voie rapide qui traverse la ville, à l’appel de la FDSEA, des Jeunes Agriculteurs et des syndicats des éleveurs ovins et caprins.

Le procureur avait affirmé qu’il "ne voulait pas faire un exemple avec les deux prévenus, mais qu’ils ne pouvaient échapper à leur responsabilité pénale car le loup appartient au patrimoine mondial dans le domaine de la faune".

De son côté, l’avocat des prévenus avait réclamé la relaxe de ses clients.

Partager cet article :

Soutenir par un don