Accueil > Les archives > Ce ne sont pas des photos !

Ce ne sont pas des photos !

Peintures hyperréalistes

dimanche 30 juillet 2000, par Christophe Drochon

L’hyperréalisme c’est sa spécialité ; Un sens du détail qui donne à toutes ses œuvres une précision étonnante. Pourtant il ne revendique aucun esprit scientifique misant tout sur la richesse de l’émotion.

J’ai pour démarche actuelle de vouloir m’approcher au maximum de l’animal jusqu’à pouvoir ressentir la transparence du cristallin de son œil, je suis attiré par le regard car toute la personnalité de l’animal s’y exprime. Il existe à cet endroit précis, quelque chose de parfait, de puissant et de fascinant. Je ne cherche pas à faire de la peinture scientifique. Aujourd’hui, mon travail est essentiellement dirigé vers la recherche de l’émotion que dégage le regard de l’animal. Lors de mes différentes expositions, le public parle de ma peinture comme d’une nouvelle approche dans le domaine, il y trouve une poésie et un magnétisme. J’en suis très heureux, c’est l’émotion que je veux communiquer et qui est reçue. A travers ma peinture, je souhaite que les gens approchent et observent. Les animaux sont beaux et fascinants, alors apprenons-les et préservons-les.


Aujourd’hui nous avons perdu le contact avec la nature, même si nous prenons conscience du danger qui menace notre planète. La nature et la faune occupent beaucoup les esprits et trop souvent la une des médias. Le monde a besoin de se sentir proche des animaux et de son environnement. Je crois qu’il ne suffit plus d’observer et d’être spectateur, il faut s’émouvoir et partager. Je veux recréer dans ma peinture le lien perdu entre l’homme et l’animal. L’animal est proche de l’homme et l’évolution actuelle de l’art tend à le démontrer

Le besoin de toucher l’animal est devenu essentiel, utilisant des sentiments de tendresse, de poésie, de non-hostilité, sa représentation très rapprochée dans ma peinture apporte la sensation de pouvoir l’atteindre.

Mes peintures originales sont exposées dans diverses galeries privées (Art et vie sauvage à Paris), divers salons d’art spécialisés, festivals (Natura en Belgique, Festival de Ménigoute, Grenoble, Orléans en France)."

Absaroke
louve Canadienne/Artique

P.-S.

Pour en savoir plus, ou commander des cartes postales et des reproductions limitées, consultez son site

Partager cet article :

Soutenir par un don