Accueil > Les archives > Canada : Attaque d’un loup

Canada : Attaque d’un loup

jeudi 7 septembre 2006, par Hugo Meunier

Un loup a semé la terreur, lundi, sur une plage du nord de l’Ontario. Résultat : six personnes ont subi des blessures et l’animal a été abattu. Au Québec, de tels incidents sont rarissimes, mais les loups s’approchent de plus en plus des humains, révèle une biologiste du gouvernement canadien.

Brenda Wright et sa famille profitaient de leur dernière journée de vacances pour faire un pique-nique à Katherine’s Cove, une crique située au coeur du parc provincial du Lac Supérieur. Soudain, une « sorte de chien noir » a surgi pour foncer vers eux, et mordre à la cheville le neveu de Mme Wright, Jake, et son fils de 12 ans, Casey. « Ma première réaction a été de crier : à qui appartient ce satané chien ? », a raconté hier la dame de 44 ans, jointe à sa résidence de Sault-Sainte-Marie.

La mère de famille s’est vite aperçue qu’elle avait à affaire à un loup et non à un chien. « Il s’est précipité vers moi pendant que je criais aux enfants d’aller se réfugier dans l’eau. Il (le loup) a mordu ma main et a failli arracher mon doigt », a expliqué Mme Wright, une consultante en décoration.

L’Ontarienne a voulu s’enfuir pour échapper au loup, mais l’animal de 33 kg l’a aussitôt mordue à nouveau, cette fois à la cheville.

Après avoir lâché prise, le loup s’est ensuite jeté sur la fille de 14 ans de Brenda Wright, Emily, qui observait la scène, paralysée par la peur.
Une violente lutte s’est amorcée entre le loup et l’adolescente. Celle-ci a été mordue au visage et aux bras. « Il (le loup) a mis ses mâchoires sur sa tête pour l’attirer dans l’eau, j’ai eu peur qu’il la noie », a confié Brenda Wright. L’adolescente a eu plusieurs points de suture.

Après cette attaque, des vacanciers armés de bâtons ont volé au secours des Wright. Le loup est revenu un peu plus tard pour fouiller dans le pique-nique de la famille. « Il a même fait une sieste sur notre couverture », a indiqué Brenda Wright, encore sous le choc.

Les Wright n’ont pas été les seuls à tomber entre les griffes du loup ce jour-là. L’animal a mordu au bras une fillette de 3 ans qui se trouvait sur la plage dans le même secteur. Le loup a tiré la bambine sur plusieurs mètres.

Enfin, une autre femme aurait rapporté avoir été mordu par le loup dans les environs le même jour.

Vers 18h, un garde-chasse a abattu le loup sur une autoroute située en bordure du parc provincial.

Après examen, l’Agence canadienne d’inspection des aliments a déterminé qu’il n’avait pas la rage.

7000 loups

Le Québec abrite environ 7000 loups, la quatrième population en importance en Amérique du Nord. Ici comme ailleurs, les loups ont peur des humains. Mais depuis quelque temps, on observe un phénomène nouveau : la familiarisation du loup. « Le loup s’approche des gens dans les campings ou parcs nationaux, un peu comme les ours », a remarqué Hélène Jolicoeur, biologiste à la direction du développement de la faune, au ministère des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs du Québec.

Selon cette responsable des animaux à fourrure et des gros carnivores au ministère, il faut réhabituer les loups a avoir peur de nous. « Avant, les balles sifflaient près de la tête d’un loup à découvert », a-t-elle illustré. Pour expliquer le phénomène, la biologiste montre du doigt le comportement délinquant de certaines personnes qui jettent de la nourriture aux loups. « On ne lui rend pas service, sa place est dans le bois et pas dans notre cour, la tanière de l’humain », a résumé Mme Jolicoeur.

Au Québec, les attaques de loups n’arrivent toutefois pratiquement jamais. « C’est rarissime et on a vraiment dû fouiller dans la littérature pour trouver des cas », a expliqué Mme Jolicoeur.

La dernière attaque remonte à 2002, alors que des chasseurs de caribous avaient été pris à partie par quelques loups dans leur camp de la Baie James.

Où sont les loups ?

Au Québec, les meutes de loups vivent presque partout où on retrouve des cerfs de Virginie, caribous et orignaux. Au sud du Québec, il y a les loups de l’est, qu’on retrouvent notamment dans les Laurentides et en Outaouais. À partir de Chibougamau, les loups du Labrador habitent au nord de la province. Sauf exception, les loups sont disparus au sud du fleuve Saint-Laurent. Contrairement à certaines croyances, les loups et les coyotes peuvent cohabiter au nord du fleuve Saint-Laurent. « Ils ne s’aiment pas, mais le coyote va s’organiser pour éviter le loup », a expliqué Hélène Jolicoeur, biologiste au ministère. Les territoires du Nord-Ouest, la Colombie-Britannique et l’Ontario sont les seuls endroits en Amérique du Nord où on retrouve plus de loups qu’au Québec. Les meutes de loup sont éparpillées sur de vaste territoire pouvant s’étendre jusqu’à 100 kilomètres carrés.

Voir en ligne : Source - www.cyberpresse.ca

Partager cet article :

Soutenir par un don