Accueil > Actualité > Attaques de chiens sur les troupeaux

Attaques de chiens sur les troupeaux

mercredi 25 janvier 2006, par Laurent GARDE

Dans les Alpes du Sud, les éleveurs ovins connaissaient déjà bien le risque d’attaques de chiens sur leurs troupeaux lorsqu’un nouveau prédateur, le loup (Canis lupus), s’est installé à partir de 1992. Depuis cette date, les défenseurs des loups affirment que les attaques de loups sont peu de choses en comparaison des attaques de chiens. Mais les références chiffrées manquent. Une
enquête exhaustive a donc été menée auprès des éleveurs dans un territoire sans loups, le massif du Luberon, afin de recenser les attaques de chiens et de comprendre les conditions de cette prédation.

Les résultats montrent un faible taux de prédation par les chiens dans cette région où le cheptel ovin est important. L’essentiel des problèmes est dû à la divagation de chiens du voisinage, très rarement à des chiens réellement « errants ». Les résultats ont été comparés à d’autres études menées dans d’autres régions. La prédation due aux chiens est faible dans un autre massif des Alpes du Sud, mais plus forte dans les régions où l’élevage ovin est résiduel. Les résultats obtenus ont également été comparés à la prédation dans deux massifs où les loups sont installés dans les Alpes-de-Haute-Provence. Deux indicateurs fortement discriminants ont pu être mis en évidence : dans les territoires à loups, la fréquence d’attaques est très supérieure avec un nombre de victimes par attaque en moyenne plus bas, et l’identification visuelle du prédateur à l’attaque est beaucoup plus rare.

Ces résultats visent à fournir aux gestionnaires un outil de « mise en alerte » sur l’arrivée de loups dans une nouvelle zone avant d’en obtenir confirmation génétique, et donc d’améliorer l’action d’urgence (indemnisations, protection des troupeaux) dont on sait que la rapidité est un gage de réussite. Cette étude montre aussi l’écart entre les discours généralement répandus sur les problèmes de chiens « errants », et la réalité de la situation vécue par les éleveurs dans les Alpes du Sud.

Documents joints

  • Article complet (PDF – 483.6 ko)

    Extrait de ANTHROPOZOOLOGICA (20 pages)

Partager cet article :

Soutenir par un don