Accueil > Les archives > Arrivée de deux « ambassadeurs » de loups italiens en France

Arrivée de deux « ambassadeurs » de loups italiens en France

mercredi 13 juillet 2005, par Marc SERRA

Sofia et Diana, deux magnifiques spécimens femelles de loup de l’Apennin (nom de la chaîne de montagnes qui parcours l’Italie du nord au sud) sont parties mercredi 29 juin 2005 du « Centro del Lupo » de Popoli (commune de L’Aquila, Italie) pour venir séjourner durant trois années consécutives dans le parc à loups « Alpha » de Saint-Martin Vésubie dans les Alpes-Maritimes françaises.

Ces deux soeurs (de portées différentes) âgées respectivement de 6 et 4 ans sont nées et ont toujours vécu jusqu’à présent dans ce parc italien géré par le « Corpo Forestale dello Stato » et qui compte actuellement 14 loups.
Leur mère Lucia, une superbe louve née en liberté et aujourd’hui âgée de 13 ans, avait été trouvée mourante dans les monts de Laga, victime d’un empoisonnement criminel.

Soignée par les agents du Corpo Forestale puis relâchée dans son milieu naturel munie d’un collier émetteur elle a été suivie pendant environ trois mois pour contrôler sa récupération. Mais les dégâts physiologiques irréversibles causés sur son organisme par le poison dont elle a été victime n’ont jamais permis à la louve de retrouver complètement ses aptitudes physiques et elle a due être rapatriée au Centre de Popoli. C’est là qu’elle a rencontré Max, père de Sofia et Diana et aujourd’hui âgé de 10 ans.

Lui aussi est né en liberté et avait été trouvé louveteau, abandonné en pleine nature en compagnie de ses frères et soeurs de portée, sans la présence d’adultes (sans doute victimes d’empoisonnement ou de braconnage).

Selon les responsables italiens ce « voyage diplomatique » de Sofia et Diana devrait aider à mieux faire connaître au public français le « Loup Apennin » qui, depuis le début des années 90, est allé reconquérir quelques territoires d’où il était originellement présent avant son extermination
C’est le cas de le France, qui par un juste retour des choses, à vu des loups d’Italie venir s’installer naturellement dans le Parc du Mercantour et maintenant dans plusieurs départements du sud-est malgré les polémiques et l’opposition farouche des chasseurs et de certains éleveurs.
Son rôle n’en est pas moins indispensable dans un écosystème où prédateurs et proies cohabitent et participent réciproquement à la survie et à l’autorégulation des espèces.

P.-S.

Source : Newsletter n° 280 du « Corpo Forestale dello Stato » d’Italie

Partager cet article :

Soutenir par un don