Accueil > Les archives > Arrêt des tirs de loup dans Le Queyras et Le Dévoluy

Communiqué de presse

Arrêt des tirs de loup dans Le Queyras et Le Dévoluy

L’ASPAS SAUVE 2 LOUPS ! ! !

lundi 1er août 2005, par l’ASPAS

Saisi en urgence par l’ASPAS, le Tribunal Administratif de Marseille vient d’ordonner la suspension des 2 arrêtés qui autorisaient le tir d’un loup dans Le Queyras et d’un autre dans le Dévoluy.

L’ASPAS avait fait deux recours juridiques auprès du Tribunal Administratif de Marseille le 13 juillet dernier, lui demandant de bien vouloir suspendre les deux arrêtés préfectoraux du 7 juillet autorisant le prélèvement d’un
loup dans le secteur du Queyras et d’un second dans le secteur du Dévoluy.

L’audience s’est déroulée vendredi 29 juillet. L’ordonnance rendue aujourd¹hui, donne raison à l’action intentée par l’ASPAS et aux protecteurs du loup. Le juge des référés Monsieur Chanon a reconnu le caractère illégal
et urgent de cette mesure, en suspendant dès aujourd’hui les 2 arrêtés en question.

Ces arrêtés avaient été mis en place, à la suite d’attaques de troupeaux ayant été attribués au loup dans ces zones entre le 11 mai et le 2 juillet pour le Dévoluy et entre le 31 mai et le 21 juin pour le Queyras. Le préfet
des Hautes-Alpes avait dans un premier temps autorisé le tir d’effarouchement puis donné l’autorisation d’abattre ces loups, sans que 3 nouvelles attaques aient été déclarées et indemnisées.

Or, le protocole d’application de l¹arrêté interministériel du 17 juin dernier n’autorise l’abattage de loups, qu’en cas d’échec des mesures de protection des troupeaux, des tirs d’effarouchement, c’est-à-dire si 3
nouvelles attaques se produisent.
Ce qui n¹était pas du tout le cas ni dans le Queyras, ni dans le Dévoluy.

Il fallait agir, un loup avait déjà été illégalement tué en Savoie le 1er juillet dernier, par un berger.

Une nouvelle fois, l¹ASPAS rappelle que le loup est une espèce protégée, par la Directive Habitat, la Convention de Berne et l’arrêté du 10 octobre 1996.
Les populations de loups sont très faibles et représentent une espèce en voie de disparition.

P.-S.

Contact presse : Madline RUBIN Directrice de l’ASPAS
06.79.44.61.17 ­
04.75.25.10.00

Partager cet article :

Soutenir par un don