Accueil > Les archives > Application du protocole de prélèvement d’un loup

Alpes Maritimes

Application du protocole de prélèvement d’un loup

décembre 2000, par le programme Life-Loup

Un troupeau de 1300 ovins stationné sur la commune de Venanson (Alpes maritimes) a subi 7 attaques rapprochées d’un grand canidé entre le 10 et le 29 novembre 2000. Le seuil d’intervention défini dans le protocole visant à réduire le nombre d’attaques de loups (ou de chiens) sur les troupeaux domestiques (protocole provisoire valable pour l’année 2000) ayant été dépassé, le Préfet des Alpes Maritimes a pris un arrêté autorisant la capture ou la destruction d’un loup, en application de ce protocole. La chronique ci-dessous rappelle les faits et les conditions dans lesquelles s’est déroulée cette intervention.

Le document suivant a été approuvé par le Conseil National de la Protection de la Nature.

Protocole valable pour l’année 2000

Informations générales sur l’application réalisée

  • Eleveur : Daniel LAUGIER
  • Commune : VENANSON (06)
  • Unité Pastorale : Vacherie de Venanson
    Troupeau : au total 1300 ovins, divisés en trois troupeaux : celui concerné par les attaques : 500 bêtes, des " tardons " (agneaux et agnelles déjà développés) et quelques chèvres + un troupeau de brebis pleines ou en agnelage + un troupeau de brebis mises à la lutte avec les béliers. Ces trois troupeaux étaient répartis sur trois zones différentes.

Moyens de prévention opérationnels : 4 chiens patous, une aide bergère, des parcs de contention. Ces moyens, plus le gardiennage de M. Laugier, étaient répartis sur les trois troupeaux.

Conduite du troupeau : le technicien pastoral a jugé que le troupeau était bien conduit ; les bêtes pâturaient en extérieur pour des raisons de climat (pas d’enneigement) et de qualité de nourriture. Leur impact sur la végétation est d’ailleurs très important et apprécié par l’Office National des Forêts dans le cadre de la lutte contre les incendies.

Chronologie des attaques

  • Printemps 2000 : quelques attaques (troupeau en pâturage de moyenne montagne)
  • Eté 2000 : 2 attaques (troupeau en estive de haute montagne)
  • Automne 2000 : troupeau en pâturage de moyenne montagne, nombreuses attaques :
  • 10 novembre : 1 bête
  • 20 novembre : 9 bêtes
  • 21 novembre : 4 bêtes
  • 22 novembre : 2 bêtes
  • 24 novembre : 5 bêtes
  • 28 novembre : 4 bêtes
  • 29 novembre : 2 bêtes

Au total 7 attaques en 19 jours (dont 6 en 9 jours) totalisant 27 bêtes tuées.

Les attaques sont principalement centrées sur les périodes où le troupeau est en moyenne montagne et où il ne reste plus beaucoup de troupeaux dans cette zone. Cela pose le problème de la protection en moyenne montagne et sur zones boisées.

Chronologie du renforcement de la prévention par des mesures exceptionnelles

  • Samedi 2 décembre : visite du technicien pastoral du programme LIFE et gardiennage le samedi et la nuit de samedi à dimanche
  • Dimanche 3 : le technicien pastoral insère dans le troupeau un chien opérationnel de la Drôme.
  • Lundi 4 à jeudi 7 : le technicien pastoral assiste l’aide bergère de l’éleveur et l’éleveur dans la conduite du troupeau (gardiennage jour et nuit et regroupement de nuit...).
  • Vendredi 8 : un aide berger vient en renfort avec un chien de conduite pour remplacer le technicien pastoral.

Chronologie de la mise en place du protocole

  • Lundi 4 décembre : signature par le préfet des Alpes Maritimes, M. Jean-René Garnier, d’une décision autorisant la mise en œuvre du protocole interministériel délivré le 18 juillet 2000. Ce protocole, visant à réduire le nombre d’attaques de loups ou de chiens sur les troupeaux domestiques, a été établi par les ministères de l’environnement et de l’agriculture. Il fixe un seuil qui, lorsqu’il est atteint, permet aux préfets concernés (départements de l’arc alpin concernés par la mise en oeuvre du programme LIFE "le retour du loup en France") de déclencher un opération de prélèvement pour l’année 2000 sur 1 loup responsable d’attaques. Ce seuil est de 3 attaques sur 3 semaines avec 18 victimes minimum en cas de mesures de prévention opérationnelles, faute de quoi la durée des attaques doit s’étendre sur 4 semaines et totaliser au moins 24 victimes.
  • L’affût de 4 gardes de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) est placé à proximité de l’unité de Venanson, surplombant la zone de regroupement nocturne. Les gardes sont à l’affût par groupes de 2, se relayant de 17h00 à 7h00. Ils sont équipés de deux casques de vision nocturne, de phares portatifs et de deux carabines à lunette. Lors de l’affût des gardes, les chiens de protection étaient retirés du troupeau.
  • Mardi 5 à mardi 12 : les gardes se sont relayés à l’affût sans jamais être alertés par une attaque ; une tente était installée à proximité du site d’affût.
  • Mardi 12 : le préfet a signé une décision levant la mise en oeuvre du protocole : il a été estimé que le " dispositif mis en place sur l’unité pastorale dite " Vacherie de Venanson " consistant en un renforcement exceptionnel des mesures de protection en accompagnement de l’action de la garderie départementale de l’ONCFS a permis d’assurer la protection du troupeau sans qu’il soit besoin d’intervenir sur un animal de l’espèce Canis Lupus qui paraît s’être décantonné. "
Partager cet article :

Soutenir par un don