Accueil > Canis lupus : le loup > France : le retour du loup > Site officiel du loup et des grands prédateurs en France

Site officiel du loup et des grands prédateurs en France

http://www.loup.developpement-durable.gouv.fr/

Articles

  • Démarche prospective

    4 avril, par REMiPP- Dominique GENTIER

    Rapport de l'expertise collective sur le devenir de la population de loups en France

    A la demande des ministres Ségolène Royal et Barbara Pompili, le MNHN et l'ONCFS ont copiloté une expertise scientifique collective sur le devenir de la population de loups en France. Fruit des travaux d'un panel de scientifiques internationaux présidé par Yvon Le Maho, le rapport d'expertise a été présenté le 24 mars à Barbara Pompili et aux parties prenantes. Il s'inscrit dans une démarche de prospective plus globale, qui rassemble les acteurs concernés dans des groupes de travail thématiques, et en complément d'une seconde expertise scientifique qui s'intéresse aux aspects sociologiques de cette question.

    Le rapport de l'expertise collective sur le devenir de la population de loups en France est téléchargeable sur les sites :

    Expertise collective sur les aspects sociologiques, culturels et ethnologiques

    En complément de l'expertise scientifique collective sur le devenir de la population de loups en France, en octobre 2016, le Ministère chargé de l'Environnement a demandé au MNHN de lancer une expertise collective en sciences humaines et sociales sur les aspects sociologiques, culturels et ethnologiques de la présence du loup en France.

    Une commission de six experts, appuyée par une chargée de projet et une chargée d'études, et coordonnée par Richard Dumez, a été constituée pour répondre à cette demande et a conduit ses travaux de décembre 2016 à mars 2017. Son rapport vient d'être rendu public lors d'une réunion de restitution à laquelle étaient conviés les principaux acteurs concernés par le retour du loup en France le 6 avril 2017.

    Consultez le rapport sur le site du MNHN.

  • Rapport de l’expertise collective sur le devenir de la population de loups en France

    4 avril, par REMiPP- Dominique GENTIER

    A la demande des ministres Ségolène Royal et Barbara Pompili, le MNHN et l'ONCFS ont copiloté une expertise scientifique collective sur le devenir de la population de loups en France. Fruit des travaux d'un panel de scientifiques internationaux présidé par Yvon Le Maho, le rapport d'expertise a été présenté le 24 mars à Barbara Pompili et aux parties prenantes. Il s'inscrit dans une démarche de prospective plus globale, qui rassemble les acteurs concernés dans des groupes de travail thématiques, et en complément d'une seconde expertise scientifique qui s'intéresse aux aspects sociologiques de cette question.

    Le rapport de l'expertise collective sur le devenir de la population de loups en France est téléchargeable sur les sites :

  • Le loup

    3 avril, par DOUAL Cyril - COM, REMiPP- Dominique GENTIER

    Classification

    Pour en savoir +, téléchargez le dépliant :
    Mammifère, le loup gris (Canis lupus) appartient à la famille des canidés comme le chien ou le renard.

    L'espèce a recolonisé la France depuis le début des années 1990, à partir de la population italienne. Elle est maintenant présente dans 35 départements du Sud-Est de la France, du Massif central et des Pyrénées mais aussi dans le massif vosgien et en Lorraine.

    Pour en savoir +, téléchargez le dépliant de l'ONCFS : Le loup (format pdf - 2.2 Mo - 28/02/2017)

    Identification

    Les loups présents en France ont un pelage à dominante beige-gris, avec un liséré noir sur les pattes antérieures. Ils présentent un masque facial clair. Le dos montre des nuances plus foncées que la partie inférieure du corps (notamment en hiver).

    En Europe du Sud, le poids d'un mâle adulte varie de 20 à 40 kg, celui d'une femelle adulte de 18 à 30 kg. Sa taille est de 60 à 70 cm au garrot pour une longueur de 110 à 150 cm.

    L'avant-train du loup est plus puissant que celui du chien à taille globale similaire. Sa tête est plus large et les oreilles sont proportionnellement plus petites, plus écartées et de forme générale plutôt arrondie. Les yeux, obliques avec l'iris jaune sont constitués d'un tissu particulier (le tapetum lucidum) qui lui permet de voir dans des conditions d'éclairement très faibles. La queue mesure de 30 à 45 cm avec le bout noir.

    Habitat

    Le loup présente la particularité de s'adapter à des milieux très variés : plaine, steppes, savanes, montagnes…
    Il a besoin d'espaces importants afin de trouver des proies en quantité et en diversité suffisante tout au long de l'année. Il a également besoin de tranquillité, indispensable pour le repos et la reproduction en tanière.

    Reproduction

    La maturité sexuelle est atteinte à l'âge de 2 ans, mais seul le couple dominant, dit couple alpha, se reproduit.

    Le rut a lieu en février-mars et les naissances en avril-mai. Après une gestation de 63 jours, la louve met au monde 5 jeunes en moyenne, dans un abri naturel : terrier récupéré, abri sous roche, buisson épais ou souche renversée.
    A la naissance les jeunes sont aveugles et sourds et pèsent environ 500 grammes. Ils sont sevrés vers 2 mois et nourris ensuite de viande en partie régurgitée par les adultes. Ils chassent avec le reste du groupe à partir de l'automne suivant leur naissance. Ils sont appelés louveteaux entre 0 et 6 mois et louvards entre 6 et 12 mois. Le taux de mortalité est très élevé chez les louveteaux, de l'ordre de 50%. La durée de vie d'un loup en nature peut atteindre 10 ans.

    Prédation

    La règle principale qui régit la prédation du loup est l'opportunisme, cela signifie que ce sont l'abondance et la vulnérabilité des proies qui conditionnent les choix alimentaires du prédateur. Son régime alimentaire est essentiellement carnivore et porte sur les grands ongulés : cerfs, chevreuils, chamois, sangliers et mouflons. Le cheptel domestique (essentiellement ovins) fait aussi l'objet d'une prédation marquée. Cependant, l'analyse des macros-restes (poils) contenus dans les excréments, recueillis sur un échantillon de 9 meutes de loups du massif alpin, montre que leur régime alimentaire est constitué à 76 % d'ongulés sauvages, de 16 % d'ongulés domestiques et de 8% d'autres proies. Des variations vont apparaître entre les meutes en fonction des espèces présentes sur leur territoire et de leur abondance.

    Source : ONCFS - Direction de la recherche et de l'expertise
    Unité Prédateurs - Animaux déprédateurs

Soutenir par un don