Accueil > Sur la piste du loup > Ferus.org

Ferus.org

Site de l’association FERUS (ex Groupe Loup france)

http://ferus.org

Articles

  • Appel à bénévoles pour la biodiversité le 1er mars à Etsaut (Pyrénées-Atlantiques)

    15 février, par Sandrine Andrieux association FERUS

    Chantier de plantation Api ours. Photo Sabine Matraire

    Appel à bénévoles, chantier collectif : plantation d’arbres fruitiers à Etsaut (Pyrénées-Atlantiques), lundi 1er mars 2021, 9h-17h.

    Dans le cadre de notre programme Api’Ours, programme pour la biodiversité dans les Pyrénées.

    A Etsaut, au-dessus du chemin de la Mâture, est une ancienne ferme où vivaient il y a encore quelques décennies une famille. Il y avait donc potager et pourquoi pas fruitiers. Ces derniers pourraient conserver à cet espace son lien entre le cultivé et le non-cultivé, entre espace fermé et ouvert. Nous planterons aussi nos fruitiers sur un autre terrain plus facile d’accès.

    Nous planterons une quarantaine d’arbres sur ces terrains, en espérant qu’ils feront un jour le bonheur des visiteurs humains et non-humains des lieux. Il faut prévoir 1 h de marche chargé pour ce chantier.

    Ces fruitiers sont des essences locales fournies par la pépinière Gaston Couté d’Ogeu-les-Bains, des espèces rustiques. Ils doivent arriver à se développer dans ce terroir.

    Nous vous donnons rendez-vous à entre 8h 30 et 9 h le lundi 1er mars à Etsaut (le lieu précis de rendez-vous ne sera communiqué qu’aux inscrits).

    Nous vous demandons de vous inscrire, nombre limité de places.

    Contact

    Ps : Nous fournissons les gros outils (pioche, pelle, etc.), nous vous invitons à vous munir de gants de protection. Pour ceux qui en ont, n’hésitez pas à apporter perceuse-visseuse sur batterie (chargée), ça peut-être utile. Nous vous demandons une attestation d’assurance responsabilité civile individuelle.

  • Mortalité des loups – 2021

    12 février, par Sandrine Andrieux association FERUS

    Photo d’illustration

    En 2021, malgré les mises en garde des scientifiques et l’opposition des citoyens et contre l’avis du CNPN (avis défavorable à l’unanimité), les pouvoirs publics autorisent de nouveau l’abattage de 110 loups, soit 19 % de la population de loups estimée. Dans une note technique édifiante, même les propres organismes de l’Etat, l’Office Français pour la Biodiversité (ex ONCFS) et le CNRS, alertent sur la « dégradation de la dynamique de la population » de loups, une population en croissance qui passe à une population stable, c’est à dire une baisse de la survie.

    A ce jour, 5 loups ont été décomptés du plafond 2021.

    En 2020, 105 loups ont été décomptés du plafond dont 97 abattus. En 2019, 99 loups ont été décomptés du plafond dont 94 abattus.

    Pour rappel, le loup est classé vulnérable sur la liste rouge des espèces menacées en France (UICN).

    Loups décomptés du plafond en 2021 (tirs dans le cadre d’autorisations préfectorales, braconnage, autre) :

    • février : 1 loup abattu dans les Alpes-Maritimes.
    • 16 février : 1 loup abattu dans le Var. TDR
    • 15 février : 1 loup abattu dans le Var. TDR
    • 10 février : 1 loup abattu dans les Alpes-Maritimes. TDS
    • 8 février : 1 loup abattu dans les Alpes-Maritimes. TDR

    TDS : tir de défense simple

    TDR : tir de défense renforcée

    TPR : tir de prélèvement renforcé

    Soit par département :

    • Alpes-Maritimes : 3
    • Var : 2

    Autres mortalités, non décomptées du plafond :

  • Chasseurs dans les écoles : FERUS et d’autres associations réagissent

    11 février, par Sandrine Andrieux association FERUS

    Suite à un courrier de la Fédération Régionale des Chasseurs d’Ile de France destiné aux établissements scolaires (voir ICI), avec l’utilisation usurpée du logo de l’OFB, FERUS et plusieurs associations partenaires ont adressé ce courrier à Barbara Pompili et Jean Michel Blanquer == >> ICI

    Extrait de notre courrier : « Non seulement la crédibilité de l’OFB et celle de l’Éducation nationale sont usurpées pour justifier d’une intervention du monde de la chasse dans les écoles de la République, mais les promoteurs insistent à plusieurs reprises sur la gratuité des interventions. Le métier d’éducateur nature est déjà très fragile car difficile à équilibrer financièrement. Il n’a sûrement pas besoin de ce genre de concurrence déloyale. Que les deux ministères concernés ne soutiennent pas les activités d’éducation nature de nos associations agréées et désintéressées est déjà difficile. Qu’ils permettent grâce à l’argent public versée l’écocontribution à des associations cynégétiques d’intervenir gratuitement dans les écoles est inacceptable ».

    Associations signataires : Aspas, FERUS, FNE, Humanité et Biodiversité, LPO, Opie, SFEPM, SNPN

  • Le Conseil d’Etat annule les autorisations d’effaroucher les ours dans les Pyrénées

    5 février, par Sandrine Andrieux association FERUS

    Photo Serge Montagnon

    Communiqué, 5 février 2021

    Par décision du 4 Février 2021, le Conseil d’Etat annule la possibilité d’autoriser l’effarouchement des ours à l’aide de tirs non-létaux (dit « effarouchement renforcé”) prévu dans l’arrêté ministériel du 27 juin 2019.

    Comme les associations l’affirment depuis le début, ce texte ne respectait pas le cadre légal dans lequel il serait possible de déroger à l’interdiction de perturbation intentionnelle de l’espèce protégée et prioritaire qu’est l’ours brun, même à titre expérimental comme avait tenté de le justifier l’Etat.

    En clair, effaroucher les ours “à l’aide de tirs non-létaux” est illégal, en plus d’être inefficace.

    Toutes les autorisations accordées par les Préfets des départements pyrénéens sur la base de ce texte sont donc annulées.

    Il est regrettable que l’Etat se soit embarqué dans cette aventure sans vérifier la conformité au droit des mesures prévues.

    Non seulement l’Etat a autorisé et mené des actions illégales, potentiellement dangereuses, mais cela a encore retardé le développement des mesures de protection légales et efficaces : gardiennage et rassemblement nocturne des troupeaux, utilisation de chiens de protection.

    Il va maintenant falloir reprendre ce travail avec l’ensemble des acteurs concernés sur de meilleures bases. Nous n’imaginons pas en effet que l’Etat ignore ce jugement du Conseil d’Etat et continue d’effaroucher les ours en 2021.

    Les associations ayant porté le recours devant le Conseil d’Etat :

    FERUS, Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), Pays de l’Ours – Adet, Comité Ecologique Ariégeois, Nature Comminges, Nature en Occitanie, FIEP Groupe Ours Pyrénées, France Nature Environnement Hautes-Pyrénées, Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN), Animal Cross, avec le soutien de la Société Française d’Etude et de Protection des Mammifères (SFEPM).

     

     

     

     

     

  • La Commission européenne demande à la France et à l’Espagne de remplacer les ours tués dans les Pyrénées

    29 janvier, par Sandrine Andrieux association FERUS

    L’ours Cachou, retrouvé mort en avril 2020. Photo Conseil général d’Aran

    CAP – Ours Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours – Pyrénées, Pays des Hommes, Pays des Ours

    Communiqué, 29 janvier 2021

    En réponse à la demande faite le 8 janvier par 28 associations espagnoles et françaises d’intervenir auprès des Etats français et espagnols afin de remplacer les 3 ours tués de la main de l’homme en 2020, la commission européenne a rapidement réagi et demande à la France et à l’Espagne de remplacer les ours tués dans les Pyrénées.

    La Commission souligne notamment :

    « Je vous informe que la Commission a déjà indiqué aux autorités françaises, que le remplacement des trois ours tués semble à minima nécessaires, à la lumière de l’état de conservation défavorable de l’ours en France, des recommandations formulées dans l’expertise scientifique du Muséum National d’Histoire Naturelle en matière de réintroductions et des dispositions du plan d’actions Ours brun 2018-2028. »

    Elle rappelle que « la France avait fait l’objet d’une procédure d’infraction en 2012. »

    De même, « il est de la responsabilité de l’Espagne et de la France d’engager des procédures pour établir les responsabilités des auteurs de ces actes. »

    Et que « la dimension transfrontalière de la gestion de cette population requiert d’en traiter les difficultés en commun avec les autorités espagnoles. »

    Suite à la mise en demeure adressée par nos associations à l’Etat, nous espérons que ce rappel à l’ordre de la Commission européenne sur les engagements des deux Etats vis-à-vis de la conservation de l’ours brun permettra, au-delà des discours, d’obtenir dans les faits le remplacement des ours tués et le respect des textes nationaux et internationaux en vigueur.

    Les associations membres de CAP Ours :

    Altaïr Nature, Animal Cross, Association Nature Comminges (ANC), Comité Écologique Ariégeois (CEA), Conseil International Associatif pour la Protection des Pyrénées (CIAPP), FERUS (Groupe Loup France/ARTUS), Fonds d’Intervention Eco- Pastoral Groupe Ours Pyrénées (FIEP), France Nature Environnement (FNE), France Nature Environnement Hautes Pyrénées (FNE 65), France Nature Environnement Midi- Pyrénées (FNE Midi-Pyrénées), Nature en Occitanie, Pays de l’Ours – Adet (Association pour le Développement Durable des Pyrénées), Société d’Etude de Protection et d’Aménagement de la Nature dans le Sud-Ouest Pyrénées-Atlantiques (SEPANSO 64), Société nationale de protection de la Nature (SNPN), Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), Sours, WWF France.

    Voir aussi ==>> L’Etat mis en demeure de remplacer les ours tués dans les Pyrénées (25 janvier 2021)

0 | 5 | 10 | 15 | 20

Soutenir par un don