Accueil > Sur la piste du loup > Ferus.org

Ferus.org

Site de l’association FERUS (ex Groupe Loup france)

http://ferus.org

Articles

  • Nouveauté boutique : pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ?

    12 novembre, par Sandrine Andrieux association FERUS

    Pourquoi la réintroduction de l’ours est-elle si difficile ?

    Gérard Caussimont

    Naturaliste, membre du conseil scientifique du parc national des Pyrénées, Gérard Caussimont est président du FIEP (fonds d’intervention éco-pastoral-Groupe ours des Pyrénées), association qui oeuvre depuis plus de 40 ans pour la cohabitation avec l’ours dans les Pyrénées, il écoute depuis longtemps les arguments des bergers et des éleveurs. Dans ce livre, il reprend les solutions pour que chacun trouve sa place: l’homme comme l’animal.

     

    • 14 x 22 cm
    • 130 pages
    • Prix : 12 euros + 7 euros de frais de port
    • -> Bon de commande

    En achetant à la boutique de FERUS, vous soutenez nos actions et agissez en faveur de la conservation de l’ours, du loup et du lynx en France.

     

     

     

     

  • Nouveauté boutique : marche avec les loups

    7 novembre, par Sandrine Andrieux association FERUS

    Marche avec les loups

    Jean-Michel Bertrand – Bertrand Bodin

    Le livre du film

    Après les 200 000 entrées au cinéma du film La Vallée des loups en 2017, le nouveau film de Jean Michel Bertrand (sortie national janvier 2020) explore les relations parfois tendues entre les loups et les hommes. Complément naturel du film, le livre Marche avec les loups raconte l’épopée des jeunes qui quittent leur meute natale à la recherche d’un nouveau territoire. Hors de la vallée préservée qui les a vu naître, ils vont se retrouver confrontés au monde des hommes. Un véritable road movie à travers les Alpes et jusqu’au Jura qui nous en dit long sur notre relation au sauvage.

    L’apprentissage de jeunes loups face aux monde des humains

    Avec ce film et le livre qui l’accompagne, le réalisateur Jean-Michel Bertrand nous fait vivre une immersion primitive et philosophique au cœur de vieilles forêts multicentenaires. Des bivouacs improbables suspendus au bord des abîmes ou nichés sous les stalactites des cascades de glace. La découverte d’un lac secret aux eaux transparentes et turquoises envahi de truites. Ou encore la rencontre avec un berger qui s’accommode de la présence du loup et l’accepte…

    Puis, au bout de la route, la découverte d’un territoire inoccupé, disponible et prometteur pour les jeunes loups. Une cabane de rêve. D’autres rencontres, d’autres questionnements, d’autres émerveillements et enfin la promesse d’assister à l’installation d’une nouvelle meute.

    Les auteurs

    Originaire du Champsaur, dans les Hautes Alpes, le cinéaste français Jean-Michel Bertrand a réalisé des films ethnologiques dans le monde entier, de la Mongolie au Canada en passant par la Sibérie et l’Islande. Cet amoureux de la montagne et de la faune sauvage a signé pour le cinéma Vertige d’une rencontre en 2010 et en 2017 La vallée des loups qui raconte sa quête du grand prédateur dans une vallée sauvage de son enfance.

    Photographe renommé, Bertrand Bodin est l’auteur de plus de 20 livres sur la faune sauvage et les Alpes, en particulier dans la région du Parc national des Ecrins. Cet artiste expérimenté a couvert en images la quête de Jean-Michel Bertrand pendant plusieurs années.

     

    • Sortie octobre 2019
    • 23 x 27,8 cm
    • 125 pages
    • Prix : 29 euros + 7 euros de frais de port
    • -> Bon de commande

    En achetant à la boutique de FERUS, vous soutenez nos actions et agissez en faveur de la conservation de l’ours, du loup et du lynx en France.

     

     

     

     

  • Boutique FERUS 2020

    5 novembre, par Sandrine Andrieux association FERUS

    Le nouveau catalogue boutique de FERUS est arrivé !

    En achetant à la boutique de FERUS, vous soutenez nos actions et agissez en faveur de la conservation de l’ours, du loup et du lynx en France.

    Pour commander, imprimez, remplissez et renvoyez ce BON DE COMMANDE à l’adresse indiquée.

    Contact Boutique de FERUS : secretariat.ferus@orange.fr ou 0491050546

    Le catalogue FERUS 2020 :

  • La Gazette des grands prédateurs n° 73 (octobre 2019)

    4 novembre, par Sandrine Andrieux association FERUS

    Octobre 2019

    Éditorial par Patrick Boffy

    Un été meurtrier

    Comme attendu à la suite de la publication de l’arrêté ministériel fixant un plafond du nombre de loups à tirer en 2019, à 17% (+2%) de la population estimée, soit 90, puis 100 loups, l’été 2019 a été une longue litanie d’annonces de loups tués : 37 au 1er juin, 43 au 1er juillet, 52 au 1er août, 80 au 1er septembre pour atteindre le premier plafond de 90 le 12 septembre.

    Mais quand le 24 août, une vidéo montrant des individus cagoulés et armés, se présentant comme le « front de libération du Champsaur », devant un panneau du parc national des Ecrins, et menaçant « d’entrer en action » est largement diffusée dans les médias , la machine s’emballe : soutien des syndicats agricoles, des élus locaux et nationaux des Hautes-Alpes, réaction timide de l’administration…Après un blocus « agricole » de la préfecture à Gap (bottes de paille, projection de lisier, murs en parpaings) pour obtenir la venue des ministres (!), une revendication apparaît : autoriser les tirs de loups dans le cœur des parcs nationaux.

    Soutenue par le ministère de l’Agriculture, cette disposition, en complète contradiction avec les chartes des parcs nationaux, est, dans un premier temps, repoussée par le ministère de la Transition écologique, mais une réunion en urgence du Groupe national loup est convoquée le 16 septembre à Lyon sur cette problématique : là encore, il y a opposition entre les deux ministères, la décision devra être tranchée à un niveau supérieur… !

    Comment imaginer que les tirs de loups, espèce strictement protégée, soient autorisés dans les zones de protection maximale que constituent les cœurs de parcs nationaux ?

    Une telle décision, prise au plus haut niveau de l’Etat, constituerait une véritable déclaration de guerre faite à la nature, comme l’a rappelé le communiqué de presse FERUS-ASPAS-LPO du 18 septembre.  Elle décrédibiliserait totalement la politique gouvernementale de protection de la biodiversité à l’heure où les nouvelles alarmantes arrivent presque chaque jour du monde entier, et remettrait en cause notre participation aux instances de concertations nationales et locales.

    Patrick Boffy, vice-président de FERUS et coordinateur Pastoralisme

     

    Sommaire :

    • Réseaux locaux / séjours
    • Actus lynx. Plans d’actions : des avancées significatives. Par Olivier Guder
    • Actus loup. La ligne rouge écarlate. Par Sandrine Andrieux
    • Un manifeste pour protéger le loup en Europe
    • Actus Ours. Manifestations, bashing anti-ours et matraquage dans les médias. Par Patrick Leyrissoux
    • Nouveaux bras de fer juridiques avec l’Etat français. Par Sabine Matraire
    • Le loup est de retour en Belgique. Par Anne-Laure Geboes et Malcom Eeman
    • De quoi la politique désormais résolument anti-ours est-elle le signe ? Par Marc Laffont
    • Rencontres avec le Fantôme des forêts du massif jurassien. Par Nicolas Devillers
    • Comprendre et gérer la proximité loups
    • Galerie. Ours en vallée d’Ossau. Philippe Legay

    S’abonner à la Gazette des Grands Prédateurs / les anciens numéros !

    Votre annonce pub dans la Gazette des grands prédateurs !

    Contactez la rédaction : gazette@ferus.org

  • La conservation du loup en plaine lorraine

    31 octobre, par Sandrine Andrieux association FERUS

    Mise à jour du 8 novembre 2019 :

    L’audience en référé de notre recours a eu lieu ce jeudi 7 novembre devant le tribunal administratif de Nancy.

    ==>> Article France bleue

    ==> Article l’Est Républicain

    Vous aussi, agissez ! Ces deux pétitions sont toujours en cours et cumulent 250 000 signatures :

    Mise à jour du 31 octobre 2019 :

    Les préfets de Meurthe et Moselle, de la Meuse et des Vosges ont à nouveau pris un arrêté de tirs de prélèvement  en date du 25 octobre, contre le fameux « loup des Vosges ». Conjointement avec l’ASPA Vosges, nous déposons un recours contre cet arrêté.

    Article du 7 juillet 2019

    2 pétitions à signer :

    Communiqué de presse ASPA Vosges / Groupe d’Études des Mammifères de Lorraine (GEML) / FERUS / Flore 54 / Association de Sauvegarde et de Promotion de la Forêt de Haye (liste des signataires mise à jour ==>> ici)

    La conservation du loup en plaine lorraine

    Depuis son retour en Lorraine, le Loup dit de la plaine, spontanément installé dans la plaine lorraine aux frontières des Vosges, de la Meurthe-et-Moselle et de la Meuse ne semble pas être bienvenu dans notre région. La presse régionale se fait l’écho des attaques aux troupeaux de moutons et des difficultés des éleveurs à survivre face à cette menace. Les pouvoirs publics et les médias présentent ce loup comme « anormal« , du fait de ses attaques et des dégâts qu’il commet.

    Pourtant, à notre connaissance, aucune étude scientifique n’a été menée pour comprendre le comportement prédateur de cet animal et en limiter les effets. Ce loup évolue dans un contexte particulier (milieu de plaine, grandes forêts giboyeuses, divers dérangements de la faune, …), et fait face à multitude de troupeaux de moutons, allant d’une dizaine de têtes à plusieurs centaines. Ces caractéristiques ne se rencontrent pas dans d’autres secteurs habités par les loups en France.

    En Lorraine, la pratique d’un élevage ovin extensif participe à l’ouverture des paysages et donc à l’expression d’une biodiversité particulièrement riche. L’objectif est donc bien de permettre la coexistence du prédateur et de l’élevage ovin dans notre région. Toutefois, de nombreuses observations montrent que l’usage de clôtures et de pratiques d’élevage adaptées, empêchent ou réduisent de façon drastique les attaques (et à l’inverse que les attaques se produisent sur des troupeaux mal protégés). Le Loup, est une espèce protégée par la Convention de Berne (1979) et par la directive européenne relative à la conservation des habitats naturels (1992). Ces deux textes interdisent toute forme de « mise à mort intentionnelle » du Loup. Néanmoins, la réglementation prévoit la possibilité de déroger dans le cadre de la prévention de dommages importants au bétail, si et seulement s’il n’existe pas d’autre(s) solution(s) satisfaisante(s), et que la dérogation ne nuit pas à la survie de la population concernée. Des solutions sont présentées au sein du Plan National d’Actions 2018-2023, notamment la mise en place de mesures de protection par les éleveurs. Ces mesures conditionnent notamment les aides de l’État et les autorisations de tirs si des attaques se produisent en dépit des protections.

    Pourtant, l’État prépare un arrêté permettant le tir d’élimination de ce loup, en dépit du travail conduit sur le terrain par des éleveurs et par des associations de protection de la nature pour permettre une cohabitation pacifique du loup et de l’élevage ovin.

    Le retour du Loup est le symbole de la restauration de la biodiversité dans notre région. Pour les associations signataires, il n’est pas question de laisser détruire cet animal. Ces associations appellent donc tous les défenseurs de la biodiversité à les rejoindre pour s’opposer à cette destruction. Les personnes qui partagent ces vues et souhaitent que l’histoire du loup et de l’élevage continue à s’écrire, sont invitées à rejoindre les associations signataires ou à participer aux actions qui sont lancées sur les sites web et les réseaux sociaux.

0 | 5 | 10 | 15 | 20

Soutenir par un don