Accueil > Les archives > ASPAS Nature

Articles

  • Dites non à la chasse de la tourterelle des bois, espèce menacée d’extinction !

    28 juillet, par aspas

    Le Ministère de la transition écologique vous demande votre avis sur un projet d’arrêté  autorisant la chasse de 17 460 tourterelles des bois, alors qu’une procédure d’infraction a été ouverte par la Commission Européenne contre la France qui laisse chasser cette espèce en danger, et que le candidat Emmanuel Macron s’était engagé à stopper la chasse des espèces en mauvais état de conservation.

    Pour participer à cette consultation publique,
    l’ASPAS vous invite à suivre les recommandations de la LPO : VOIR ICI

    JE DONNE MON AVIS

    Consultation publique ouverte jusqu’au 12 août

    Cet article Dites non à la chasse de la tourterelle des bois, espèce menacée d’extinction ! est apparu en premier sur ASPAS : Association pour la Protection des Animaux Sauvages.

  • Mise au point de l’OFB sur le comportement des ours présents en Ariège

    28 juillet, par aspas

    Dans la nuit du 16 au 17 juillet quatre ours s’étaient rapprochés à plusieurs reprises d’un troupeau sur l’estive d’Ustou Col d’Escots dans l’Ariège. Suite aux réactions véhémentes des anti-ours, la préfecture de l’Ariège et l’OFB ont tenu à clarifier la situation afin de contrer les fausses informations pouvant circuler.

    La brigade grands prédateurs de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) présente sur place était intervenue et aucune attaque sur le troupeau présent n’avait finalement eu lieu.

    Ainsi, l’OFB réaffirme que la présence de ses agents a permis d’éloigner les ours, contrairement à ce qui a été dit, notamment par le maire d’Ustou, anti-ours notoire, et qu’aucun ours n’est depuis revenu sur l’estive.

    Par ailleurs, l’OFB et la préfecture ont réaffirmé le 23 juillet, au grand dam des anti-ours, qu’aucun comportement anormal d’ours n’a à ce jour été observé et qu’il n’y a pas « d’ours à problème » (selon la terminologie officielle en vigueur) dans l’Ariège.

    N’en déplaise aux anti-ours, le fait que des interactions existent entre des troupeaux et des animaux comme les ours ne signifie pas qu’il y a des problèmes comportementaux, cela signifie simplement que l’environnement est plus riche et plus varié que ce qu’il serait sans ours et qu’il faut apprendre à partager l’espace avec les non-humains….

    Cet article Mise au point de l’OFB sur le comportement des ours présents en Ariège est apparu en premier sur ASPAS : Association pour la Protection des Animaux Sauvages.

  • Goupil 142 – Été 2020

    27 juillet, par aspas

    Retrouvez toute l’actualité de l’ASPAS dans Goupil, le magazine trimestriel réservé aux adhérents de l’association. Au sommaire du numéro 142 : Dossier : L’écolobashing : une menace grandissante pour la nature et ses défenseurs, Tous derrière les ours des Pyrénées, 400 000 signatures pour goupil, Interdiction de la vènerie sous terre : des secousses et de l’espoir, etc.

    Goupil, notre magazine

    Au sommaire – Printemps 2020

    • Dossier : L’écolobashing : une menace grandissante pour la nature et ses défenseurs
    • Pour que vive la nature ! Le guide pour agir de 14 ONG de protection de la biodiversité
    • Tous derrière les ours des Pyrénées
    • Les loups préfèrent chasser le cerf plutôt que le mouton !
    • 400 000 signatures pour goupil
    • Interdiction de la vènerie sous terre : des secousses et de l’espoir
    • Notre pied-de-nez à la chasse d’été
    • DE nouvelles victoires pour les oiseaux
    • #REFERENDUMANIMAUX : c’est par la démocratie que nous dessinerons la société de demain !
    • Du côté des  Réserves de Vie Sauvage®
    • Pourquoi défendre les Réserves de Vie Sauvage® ?
    • Les victoires de Maître Renard
    • Brèves, résultats juridiques…

    Goupil, c’est un magazine d’une quarantaine de pages, dans lequel vous retrouverez tous les 3 mois :

    – des brèves sur la nature
    – un dossier spécial (loup, renard, chasse,…)
    – des indications sur les refuges ASPAS
    – des infos sur nos actions et nos campagnes
    – les résultats juridiques
    – la vie des délégations ASPAS
    – des articles à commander sur la nature, les animaux, le jardinage…

    Pour recevoir Goupil …

    Il suffit de devenir adhérent ou donateur ASPAS.
    Pour en savoir plus, cliquer ici

    Cet article Goupil 142 – Été 2020 est apparu en premier sur ASPAS : Association pour la Protection des Animaux Sauvages.

  • Tribune : Les enfants, victimes collatérales des violences de la chasse

    22 juillet, par aspas

    Scandalisés par une vidéo de chasseurs apprenant à un enfant comment tuer un renardeau à coup de pinces, des psychologues, professionnels de la protection de l’enfant, philosophes, juristes, scientifiques et artistes réagissent et dénoncent cette violence dans une tribune. Plus de 180 personnalités ont déjà rejoint le mouvement.

    Scène de déterrage ordinaire : des chasseurs extirpent brutalement des renardeaux de leur terrier et les tuent à coups de pince sur la tête devant deux enfants de 5 et 12 ans. Ils imposent au plus grand de frapper lui-même un renardeau à mort, au milieu des rires. Le jeune garçon n’y arrive pas. Au sol, le petit animal agonise en agitant les pattes. C’est ce que nous révèlent les images d’une enquête de l’association One Voice.

    Apprendre à un enfant à tuer de la sorte un animal, c’est aussi tuer quelque chose de précieux et fragile à l’intérieur de lui-même : sa sensibilité envers le vivant, sa façon d’être au monde.

    Nous ne pouvons nous résoudre à accepter sans mot dire de telles violences physiques et psychologiques infligées aux plus vulnérables, qu’ils soient humains ou non humains, notamment au cours des parties de chasse.

    Pour ces enfants la banalisation de la violence, l’incitation à infliger des souffrances à un être sensible, sont autant de causes reconnues de traumatismes aux séquelles lourdes. Les animaux occupent une place particulière dans le développement des jeunes humains : lorsqu’ils parlent des animaux, leur vocabulaire est plus étendu que sur d’autres sujets. Les enfants dont les compagnons familiers sont victimes de mauvais traitements sont traumatisés, et ceux qui ont été témoins de violences commises envers les animaux présentent plus de risques de les imiter. Ils s’avèrent également plus à risque de commettre des violences envers des humains. De témoin à victime, de victime à auteur, ce Lien indéniable est reconnu et étudié dans de nombreux États. La force de ce Lien statistique a conduit plusieurs agences publiques à travers le monde (dont le FBI aux États-Unis) à porter leur attention sur la manière dont les gens traitaient les animaux afin de déceler ou d’analyser les violences envers les personnes. Nous devons nous en inspirer.

    Nous demandons :

    1 – L’interdiction de faire participer des enfants à une chasse. La violence n’est jamais un exemple, quelle qu’en soit la victime. Instrumentaliser un enfant pour la pratiquer ne doit plus être autorisé.

    2 – La reconnaissance dans le droit français de la sensibilité des animaux sauvages et libres, afin que cessent les souffrances que la faune subit en toute impunité.

    3 – L’instauration de cours dédiés à la sensibilité animale et à l’apprentissage de l’empathie pour les animaux dans les programmes scolaires, car nous sommes convaincus qu’il existe bien d’autres manières de considérer le vivant à transmettre à nos enfants. L’empathie et la bienveillance en font partie.

    Premiers signataires :

    AJD (association Animal, Justice et Droit) – Anouk Aiméeactrice – Ariane Ambrosini, juriste à l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) – Yaël Angel, docteur en droit, rédactrice du Petit Journal du Parti animaliste – Françoise Armengaud,  philosophe – Charlotte Arnal, journaliste – Muriel Arnal, présidente de One Voice  – Yann Arthus-Bertrand, président de la fondation GoodPlanet – Dominique Audoin, enseignante – Béatrice Babignan, avocat au Barreau de Paris, membre de l’association Avocats & Droits de l’Animal – Laetitia Barlerin, Dr vétérinaire et journaliste – Aurélien Barrau, astrophysicien – Delphine Batho, Députée des Deux-Sèvres – Michel Baussier, docteur-vétérinaire – Pr Laurent Bègue-Shankland, professeur de psychologie sociale, membre de l’Institut universitaire de France – Esther Benbassa, sénatrice EELV de Paris – Jean-Marc Benkemoun, psychiatre des hôpitaux honoraire, pédopsychiatre, médecin légiste – Stéphane Bern, animateur radio et télévision – Jean-Michel Bertrand, réalisateur – Yolaine de la Bigne, journaliste L’animal et l’homme, et Université d’été de l’animal et de la Journée mondiale des intelligences animales – Mya Bollaers, comédienne – Pascal Bouchezphilosophe, LLSETI, Université Savoie Mont-Blanc – Allain Bougrain Dubourg, journaliste, écrivain – Lorène Bourdin, avocat au Barreau de Paris, membre de l’association Avocats & Droits de l’Animal – Sabine Brels, juriste en droit international animalier – Martine Brousse, présidente La Voix de l’Enfant – Florence Burgat, philosophe – Valérie Cabanes, juriste internationale, auteure de Homo Natura, en harmonie avec le Vivant – Aurélie Cagnard, avocat au Barreau de Paris, membre de l’association Avocats & Droits de l’Animal – Béatrice Canel-Depitre, maître de conférences à l’université du Havre – Aude Carfantan-Rousse, enseignante – Evelyne Cash, médecin – Roland Cash, médecin, économiste de la santé – Samantha Cazebonne, députée LaREM, vice-présidente du groupe d’études condition animale et initiatrice d’une proposition de loi visant à protéger les mineurs de l’exposition à la violence exercée sur les animaux – Julie Céardavocat au Barreau d’Aix-en-Provence, Droit animalier, Droit de l’Enfant – Magali Celle, commandant de Police E.R – Georges Chapouthier, biologiste et philosophe – Marie-Christine Charmier, présidente-fondatrice d’Enfant, Animal, Nature – Prévention de la Violence – Gérard Charollois, vice-président honoraire du tribunal judiciaire de Périgueux – Marie Charpentier, directrice de Recherches CNRS – Anne Chicard, thérapeute, auteure, criminologue – Chantal Clady, enseignante CPC – Catherine Collet, ex attachée de presse Unité Jeunesse TF1 – émissions  éducatives – Jean-Yves Collet, réalisateur TV de films animaliers, docteur vétérinaire- Christophe Coret, président d’AVES France – Étienne Clément, éducateur spécialisé, Président LPO Champagne-Ardenne – Dominique Cottereaumaître de conférence associée à l’université de Tours – Réale Couchaux, ancienne enseignante second degré – Pr Jean-François Courreau, vétérinaire, président de Faune Alfort – Michel Cros, journaliste, écrivain – Jennifer Dalrymple, écrivaine-autrice-illustratrice – Émilie Dardenne, maîtresse de conférences en anglais et études animales Univ° Rennes 2 – Mylène Demongeot, comédienne – Pierre Déom, auteur et illustrateur de la revue La Hulotte – Marie-Bénédicte Desvallon, avocat au Barreau de Paris, Présidente de l’association Avocats & Droits de l’Animal et responsable de la section Droits de l’animal de la Société de Législation Comparée  – Philippe Devienne, docteur-vétérinaire et philosophe – Damien Deville, géographe et anthropologue – Mymi Doinet, auteure jeunesse – Sophie Dol, docteur vétérinaire – Loïc Dombreval, député LREM des Alpes-Maritimes, docteur vétérinaire, président du groupe d’étude parlementaire condition animale – Caroline Dramais-Boishardy, responsable AJAS-Savoie – Dominique Droz, psychologue clinicienne – Julien Dugnoille, professeur en anthropologie – Catherine Dumonteil-Kremer, autrice, formatrice, instauratrice de la journée de la non-violence éducative en France – Stéphane Durand, éditeur et cinéaste – Catherine Enjolet, fondatrice du Concept Les liens Du Sens-Human Links, Parrainage d’enfants –Pascale d’Erm, auteure, réalisatrice. Romain Espeisse, animateur nature – Muriel Falaise, Maître de conférences en droit privé, Université Lyon 3 – Marion Fargier, juriste à l’ASPAS – Adrien Favre, photographe et réalisateur animalier – Toni Ferri, philosophe et chercheur – Ange Fiorito, juge – Elisabeth de Fontenay, philosophe, essayiste – Cécile De France, actrice – Anne Frémaux  agrégée de philosophie et docteure en écologie politique – Florianne Frenaison, enseignante 1er degré – Céline Gagnepain, consultante en parentalité – Anne-Claire Gagnon,  docteur-vétérinaire, Présidente  de l’association contre la Maltraitance Animale et Humaine (AMAH) – Hélène Gateau, docteur-vétérinaire et journaliste – Camille Génissel, coach-comportementaliste – Pierre Georget, doctorant Paris 2 – Roland Gérard, éducateur à l’environnement et cofondateur du Réseau Ecole et Nature – Agnese Ghersi, avocat au Barreau de Paris, membre de l’association Avocats & Droits de l’Animal – Florence Giardi, professeure des écoles – Angelo Giavatto, maître de conférences en philosophie, Université de Nantes/membre de l’Institut Universitaire de France – Marc Giraud, écrivain et chroniqueur animalier – Brigitte Gothière, directrice de L214 et Dominic Hofbauer, éducateur en éthique animale, responsable de L214 Éducation – Blanche De Granvilliers, avocat au Barreau de Paris, membre de l’association Avocats & Droits de l’animal – Magali Greiner, avocat au Barreau de Paris, membre de l’association Avocats & Droits de l’Animal – Marie-Emmanuelle Grignon, journaliste – Kheira Guernan, psychologue clinicienne, protection de l’enfance – Astrid Guillaume, sémoticienne Sorbonne, présidente fondatrice de la Société française de zoosémiotique – Laurence Harang, professeur de philosophie, écrivain – Catherine Helayel, juriste, essayiste – Dr Serge Hefez, psychiatre, psychanalyste – Catherine Helayel, juriste, essayiste – Robert Hossein, réalisateur, acteur, metteur en scène – Dimitri Houbron, député LREM de la 17e circonscription du Nord – Cécile Huchard, enseignante-chercheuse en littérature – Julienne Hugy, psychologue clinicienne – Bénédicte Iturria-Ladurée, docteur vétérinaire, Secrétaire générale adjointe de l’OABA, l’Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoir – Yannick Jadot, député européen EELV – Laetitia Jeangros, ancienne enfant placée, auteure – Sophie Joissains, sénatrice – Melvin Josse, directeur de Convergence Animaux Politique – Pierre Jouventin, éthologiste-écologue – Katia Kanas, co-fondatrice et ex présidente de Geenpeace France – Bastien Lachaud, député la France insoumise de la Seine-Saint-Denis – Annie Lahmer, conseillère régionale EELV – Luce Lapin, journaliste – Marie-Laure Laprade, enseignante, présidente Éducation Éthique Animale – Bruno Lassalle, docteur-vétérinaire – Manuel Leick-Jonard et Fiona Mille, Commission Condition animale EELV – Frédéric  Lenoir, écrivain, philosophe, Président d’Ensemble pour les animaux – Joël Lequesne, psychologue clinicien, ancien psychologue de l’Éducation nationale – Patrick LLored, chercheur en éthique animale, Université de Lyon – Thierry Lodé, biologiste, professeur en écologie évolutive  – Ninon Maillard, historienne du droit, Université Paris-Nanterre – Sophie Marceau, actrice – Fabien Marchadier, professeur de droit privé  – Jean-Pierre Marguénaud, agrégé de Droit privé et de sciences criminelles, directeur de la Revue Semestrielle de Droit Animalier – Marie-Claude Marsolier, chercheure en génétique – Gilles Martin, reporter-photographe, street artiste – Olivier Maurel, cofondateur de l’Observatoire de la Violence Éducative Ordinaire (OVEO) – Laurence Mermet, enseignante – Guillaume Meurice, humoriste et chroniqueur – Anne-Laure Meynckens, présidente de l’association Animal360, intervenante dans les écoles primaires – Raphaël Mezrahi, humoriste – Valérie Michon, maître de Conférences en Sciences de Gestion – ex-enseignante en clinique médico-pédagogique (Annexe du Lycée Lakanal – Sceaux) – Hubert Montagner, professeur des Universités retraité, ancien Directeur de Recherche à  l’INSERM – Arielle Moreau, avocate en droit des animaux – Alexandra Morette, présidente de Code Animal – Sébastien Moromédiateur scientifique en cognition et comportement animal – Vincent Munier, photographe animalier – Philippe Muyl, réalisateur – Nagui, animateur radio/télévision et producteur – Lucie Nayak, sociologue – Jean-Marc Neumann, juriste / consultant en protection animale chargé d’enseignement en droit de l’animal / Université de Strasbourg – Anne-Louise Nicolas-Laurent, avocat au Barreau de Rennes, membre de l’association Avocats & Droits de l’animal – Professeur Jean-Claude  Nouët – Rodolphe Oppenheimer, psychanalyste, psychothérapeute – Matthieu Orphelin, député groupe Écologie démocratie solidarité de Maine-et-Loire – Jean-Marie Ouary, président association Mille Traces – Yves Paccalet, philosophe et naturaliste – Thierry Paquot, philosophe, Président de La Rue aux Enfants – Candice Patou, actrice – Hélène Patrolé, enseignante 1er degré – Corine Pelluchon, philosophe, professeure à l’université Gustave Eiffel – Julien Peron – Fondateur du Festival pour l’école de la vie et du congrès Innovation en Éducation, réalisateur et producteur de films – Valérie Perrin, auteure – Maud Petit, députée MoDem du Val-de-Marne, coprésidente du groupe d’études droits des enfants et protection de la jeunesse – Christophe Pioch, psychologue social et du travail – Annabelle Pongratz, psychologue clinicienne  – Nadia Poutaraud, psychologue scolaire – Estelle Prietz-Ducasse, docteur-vétérinaire – Aloïse Quesne, maître de conférences en droit privé à l’Université Paris-Saclay, Evry Val d’Essonne – Aurélien Raynaud, peintre sculpteur animalier – Philippe Reigné, agrégé des facultés de droit et professeur du CNAM – Magali Richaud, avocate au Barreau de Béziers – Dr Jean-Paul Richier, praticien hospitalier, psychiatre, coordinateur du collectif PROTEC – Sylvie Rocard, communicante – Muriel Rolland de Rengervé, écrivain  – Corinne Rolland, photographe naturaliste, cofondatrice du Collectif Renard Blaireau – Laurence Rossignol, sénatrice groupe socialiste, ancienne ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes – François-Xavier Roux-Demare, doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Brest – Madline Rubin, directrice de l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages) – Amandine Sanvisens, présidente de PAZ – Louis Schweitzer, président de la Fondation Droit Animal, Ethique & Sciences (LFDA) – Agnès Sinaï, journaliste, enseignante à Sciences Po – Pascal Sourdin, Animal Cross – Stop Violence France – Cédric Sueur, maître de conférences à l’Université de Strasbourg – Henry-Jean Servat, écrivain – Olivia Symniacos, avocate spécialiste des droits des animaux – Hélène Thouy, avocate, co-fondatrice du Parti animaliste – Catherine Le Troquier, maire de Valaire (41120) – Frédérique Tuffnell, députée de Charente-Maritime (2e circonscription) – Alexandre Varga, acteur – Élodie Vieille Blanchard, présidente, Association végétarienne de France – Cédric Villani, député groupe Écologie démocratie solidarité de l’Essonne – Christelle Waysbort, docteur vétérinaire, co-fondatrice de l’association de Protection Vétérinaire – Isabelle Yvos, co-présidente du Parti animaliste

    Pour rejoindre les signataires, envoyez vos nom, prénom, qualité (optionnelle) à : stopviolencesenfantanimal@gmail.com

    Cet article Tribune : Les enfants, victimes collatérales des violences de la chasse est apparu en premier sur ASPAS : Association pour la Protection des Animaux Sauvages.

  • Des chasseurs diffusent une « infox » contre l’ASPAS et Hugo Clément !

    15 juillet, par aspas

    Insultes, appels au meurtre, homophobie… Une vague de commentaires haineux a déferlé dans les commentaires sous une publication de la page « J’aime la chasse ». Suivie par 180 000 personnes, celle-ci a repris une photo publiée sur le compte Facebook de Madline Rubin, directrice de l’ASPAS, pour diffuser une « infox » (autrement dit, une « fake news » en bon français) suggérant que notre association, aux côtés du journaliste Hugo Clément, procédait à des destructions de miradors.

    Petit florilège de réactions que l’on peut lire sous la publication… (Cliquez sur la photo pour agrandir)

    Il se trouve que cette photo a été prise sur une propriété privée, appartenant à l’ASPAS, lors d’un tournage réalisé par Hugo Clément et l’équipe de « Sur le Front », pour un prochain documentaire sur les forêts, diffusé sur France 2 à l’automne. La source originelle de la photo se trouve ici.

    Oui l’ASPAS casse des miradors… sur ses propres terrains !

    Visiblement, un petit détail a échappé aux chasseurs ces derniers mois : grâce à une mobilisation de dizaines de milliers de citoyens, et une cagnotte éclair de 150 000€ réunie en 30 heures grâce à l’intervention d’Hugo Clément, notre association a pu acquérir en novembre 2019 un terrain de 500 hectares, dans le Vercors drômois. La moitié de ce terrain n’est autre qu’un ancien enclos de chasse commercial, dans lequel évoluent toujours des animaux sauvages (cerfs, mouflons, sangliers…) qui avaient été importés-là par les chasseurs.

    Depuis novembre 2019, l’ASPAS est donc dans une phase de réhabilitation des lieux, où il s’agit d’effacer un maximum de traces du passé cynégétique (ce qui inclut des miradors et des postes de tir), et de laisser la nature évoluer comme bon lui semble. Le projet de l’ASPAS est en effet, à terme, d’ouvrir les grilles de cette partie clôturée afin d’en faire une Réserve de Vie Sauvage®, zone de protection forte de la nature, sans chasse ni coupe de bois, mais ou la balade immersive sur des sentiers balisés reste possible.

    C’est déjà le cas dans les 250 autres hectares de la propriété où étaient organisées des chasses privées, mais sur des animaux non prisonniers des clôtures.

    Si des chasseurs lisent cet article – ce qui est à espérer – ils seront bien informés d’apprendre que l’ASPAS est une association légaliste reconnue d’utilité publique, dont la mission qu’elle s’est donnée est de faire respecter les lois, tout en oeuvrant pour faire évoluer positivement le droit.

    Cet article Des chasseurs diffusent une « infox » contre l’ASPAS et Hugo Clément ! est apparu en premier sur ASPAS : Association pour la Protection des Animaux Sauvages.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25

Soutenir par un don