Accueil > Canis lupus : le loup > Des loups et des hommes

Des loups et des hommes

Dernier ajout : 12 février 2018.

Au tout début, il est peu probable que le loup et l’homme aient eu des relations conflictuelles. Les Indiens des Prairies d’Amérique du Nord partageaient leur territoires de chasse avec les loups et respectaient l’adresse et la force de ces compagnons prédateurs. Les Inuit partageaient leur terre avec eux et chassaient le même gibier. Les conflits sont apparus quand les hommes ont commencé à produire leur propre nourriture au lieu de chasser les animaux et de récolter des plantes sauvages. Les loups ont continué à chasser comme avant, mais ils ne trouvaient plus de gibier aussi facilement puisque les humains avaient domestiqué les animaux sauvages, les moutons et le bétail pour leurs propres besoins. Ils ont donc pensé que le loup était un dangereux prédateur. Il y a environ 12 000 ans, les humains sont passés d’un système de chasse et de cueillette à un système de culture et d’élevage, et depuis lors il y a eu des conflits entre le loup et l’homme. Au début du XVIe siècle, les chasses organisées, les fosses et autres pièges inventés par l’homme avaient complètement chassé les loups d’Angleterre. L’Ecosse s’est débarrassée de son dernier loup vers le milieu du XVIIIe siècle. Il fut également exterminé dans d’autres pays d’Europe, et dans l’ouest des Etats-Unis, on estime à environ 1 ou 2 millions le nombre de loups tués au cours de la dernière moitié du XIXe siècle.

Au cours des deux siècles derniers, les gens ont migré vers de nouveaux territoires. Les loups ont besoin d’espace et de beaucoup de nourriture pour se développer. Les espaces sauvages ont été conquis, et les loups se sont raréfiés. Les idées fausses ont développé des sentiments de haine et des lois ont été votées partout dans le monde pour tenter de se débarrasser des loups.

Articles de cette rubrique

  • Mangeurs d’hommes ?

    30 mai 2002, par Thierry, Robert Igel

    Les grands Carnivores vivant à grande échelle, leur conservation ne peut se faire qu’à l’intérieur des territoires protégés. Ils doivent donc être préservés dans un environnement à multi-usages où des conflits avec les hommes peuvent se produire. Ces conflits sont de nature diverse, allant de la prédation sur le bétail à la concurrence pour la chasse aux ongulés sauvages convoités également par les hommes. Cependant, l’un des plus importants est la peur d’être attaqué, blessé, voire tué par l’un des grands (...)

  • Une mauvaise réputation.

    30 mai 2002

    A cause de Pierre et de Prokofiev, de la chevillette et du petit pot de beurre. Parce que l’on pleure la chèvre de monsieur Seguin, mangée au matin. A cause de La Fontaine où le loup, puissant, dévore le faible agneau innocent, parce qu’il a troublé l’eau de la rivière. Même perdant, il a le mauvais rôle : biquet n’évite d’être mangé que parce qu’il a demandé de montrer patte blanche au loup voleur du mot de passe, « Foin du loup et de sa race ». Ce préjugé négatif date de l’image moyenâgeuse du dieu (...)

  • Les anti-loups !

    25 juillet 2000, par Thierry

    Depuis le début de l’été 99 on assiste à une forte offensive médiatique contre le loup qui semble maintenant s’étendre dangereusement au lynx et à l’ours. A grand renfort de télés et de radios, un éleveur du Queyras a fait redescendre ses moutons de la montagne pour protester contre la présence de quelques loups autour des alpages.
    Les Présidents des Chambres d’Agriculture de l’arc alpin réclament maintenant haut et fort la suppression des loups. Ils demandent ouvertement aux maires d’organiser des battues. (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30

Soutenir par un don