Accueil > Canis lupus : le loup > Des loups et des hommes

Des loups et des hommes

Dernier ajout : 12 février 2018.

Au tout début, il est peu probable que le loup et l’homme aient eu des relations conflictuelles. Les Indiens des Prairies d’Amérique du Nord partageaient leur territoires de chasse avec les loups et respectaient l’adresse et la force de ces compagnons prédateurs. Les Inuit partageaient leur terre avec eux et chassaient le même gibier. Les conflits sont apparus quand les hommes ont commencé à produire leur propre nourriture au lieu de chasser les animaux et de récolter des plantes sauvages. Les loups ont continué à chasser comme avant, mais ils ne trouvaient plus de gibier aussi facilement puisque les humains avaient domestiqué les animaux sauvages, les moutons et le bétail pour leurs propres besoins. Ils ont donc pensé que le loup était un dangereux prédateur. Il y a environ 12 000 ans, les humains sont passés d’un système de chasse et de cueillette à un système de culture et d’élevage, et depuis lors il y a eu des conflits entre le loup et l’homme. Au début du XVIe siècle, les chasses organisées, les fosses et autres pièges inventés par l’homme avaient complètement chassé les loups d’Angleterre. L’Ecosse s’est débarrassée de son dernier loup vers le milieu du XVIIIe siècle. Il fut également exterminé dans d’autres pays d’Europe, et dans l’ouest des Etats-Unis, on estime à environ 1 ou 2 millions le nombre de loups tués au cours de la dernière moitié du XIXe siècle.

Au cours des deux siècles derniers, les gens ont migré vers de nouveaux territoires. Les loups ont besoin d’espace et de beaucoup de nourriture pour se développer. Les espaces sauvages ont été conquis, et les loups se sont raréfiés. Les idées fausses ont développé des sentiments de haine et des lois ont été votées partout dans le monde pour tenter de se débarrasser des loups.

Articles de cette rubrique

  • Loup et pastoralisme

    30 juillet 2008, par Daniele Boone

    La chèvre de Monsieur Seguin, vous connaissez ? A la fin de l’histoire, elle est dévorée par le loup. Et bien, dans le Mercantour, les chèvres de Jean-Claude et Hugues sont encore dévorées par le loup… Alors comment faire pour cohabiter avec le prédateur ? Depuis quatre ans, Life COEX tente d’aider les éleveurs à trouver des solutions : chiens de protection, clôtures, écovolontaires comme Alexandre, Loïc ou Jean-Marc pour surveiller le troupeau…
    Comment cohabiter avec les grands prédateurs, loup et ours (...)

  • Le culte du loup

    31 janvier 2008, par Lorelei AMAYA

    A travers les totems : emblèmes d’un clan ou véritable guides de notre personnalité à un moment donné, le totémisme encore nommé expérience Chamanique s’illustre comme une idéologie religieuse, reflet de la société dans laquelle il s’exprime.
    Lors des abominables massacres conscernant les indiens d’Amérique du Nord, où l’Eglise oppose sa vérité refusant tout apprentissage tels que les rituels magiques dominés par les esprits et les forces occultes rendant hommage à Dame nature, les mythes et rites étaient (...)

  • Jessica, éthologue, sa passion : le loup

    3 mai 2006, par Eric

    Jessica Manichon, 26 ans éthologue en parc animalier répond à mes questions sur son métier et sa passion.
    Jessica, peux tu nous en dire plus sur l’éthologie ?
    Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, l’éthologie ce n’est pas : regarder les animaux et interpréter ce que l’on voit ; murmurer à l’oreille des chevaux... dresser un cheval par des méthodes dites douces ; et danser avec les loups... non plus !
    L’éthologie est la science qui étudie les comportements des animaux (homme compris). (...)

  • L’histoire du loup en France

    4 octobre 2005, par Marie-Claire, Loïc

    La disparition officielle du loup date de l’année 1937 où « le dernier loup » fut abattu dans le Limousin. Plus précisément, le loup a été présumé éteint en temps que « population reproductrice » entre 1930 et 1939.
    Cette disparition s’explique par la progressive humanisation du territoire, via l’élevage et la déforestation surtout. Elle s’explique aussi par une politique volontariste d’extermination de l’animal, considéré comme un ennemi des hommes, tant en terme d’occupation des territoires ruraux que de (...)

  • Eleveurs d’Espagne et d’Italie : une cohabitation ancestrale qui n’empêche pas les tensions.

    4 mai 2005, par Marie-Claire

    La première différence frappante entre ces deux pays et la France est la présence massive de loups sur leur territoire, alors même qu’ils sont également très sollicités par l’élevage ovin. Certaines parties de ces territoires cumulent en plus la présence du lynx et de l’ours.
    Ensuite, la seconde différence tient au fait que les loups n’ont jamais disparus de ces 2 pays, ce qui a considérablement influencé les systèmes d’élevage tout en leur permettant d’être très performants.
    Un nombre de loups bien plus (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30

Soutenir par un don