Accueil > Canis lupus : le loup > Des loups et des hommes

Des loups et des hommes

Dernier ajout : 12 février 2018.

Au tout début, il est peu probable que le loup et l’homme aient eu des relations conflictuelles. Les Indiens des Prairies d’Amérique du Nord partageaient leur territoires de chasse avec les loups et respectaient l’adresse et la force de ces compagnons prédateurs. Les Inuit partageaient leur terre avec eux et chassaient le même gibier. Les conflits sont apparus quand les hommes ont commencé à produire leur propre nourriture au lieu de chasser les animaux et de récolter des plantes sauvages. Les loups ont continué à chasser comme avant, mais ils ne trouvaient plus de gibier aussi facilement puisque les humains avaient domestiqué les animaux sauvages, les moutons et le bétail pour leurs propres besoins. Ils ont donc pensé que le loup était un dangereux prédateur. Il y a environ 12 000 ans, les humains sont passés d’un système de chasse et de cueillette à un système de culture et d’élevage, et depuis lors il y a eu des conflits entre le loup et l’homme. Au début du XVIe siècle, les chasses organisées, les fosses et autres pièges inventés par l’homme avaient complètement chassé les loups d’Angleterre. L’Ecosse s’est débarrassée de son dernier loup vers le milieu du XVIIIe siècle. Il fut également exterminé dans d’autres pays d’Europe, et dans l’ouest des Etats-Unis, on estime à environ 1 ou 2 millions le nombre de loups tués au cours de la dernière moitié du XIXe siècle.

Au cours des deux siècles derniers, les gens ont migré vers de nouveaux territoires. Les loups ont besoin d’espace et de beaucoup de nourriture pour se développer. Les espaces sauvages ont été conquis, et les loups se sont raréfiés. Les idées fausses ont développé des sentiments de haine et des lois ont été votées partout dans le monde pour tenter de se débarrasser des loups.

Articles de cette rubrique

  • Le collectif Anonymous change de masque

    1er avril 2013, par Loupo

    Vous connaissez tous les Anonymous, ce mouvement hacktiviste, se manifestant notamment sur Internet et agissant de manière anonyme dans un but particulier (souvent pour défendre la liberté d’expression).
    Les actions informatiques et physiques attribuées à Anonymous sont entreprises par des activistes non-identifiés. Lors des manifestations physiques du collectif, les membres sont généralement masqués. Ils se présentent comme des défenseurs du droit à la liberté d’expression sur Internet et en dehors. (...)

  • La névrose infantile des sénateurs

    27 février 2013

    Le Professeur Marcel Rufo est directeur médical de l’espace méditerranéen de l’adolescence à l’hôpital Salvator à Marseille. Il a écrit de nombreux ouvrages et a exercé dans différents hôpitaux à Marseille et à Paris.
    "Un loup survint à jeun qui cherchait aventure et que la faim en ces lieux attirait"... ou le bonheur d’avoir peur”
    Dans sa chronique matinale du 20 février, sur France Inter, chronique consacrée à la peur du loup, le pédopsychiatre s’est interrogé sur le vote d’une loi sur des zones (...)

  • L’homme, ce mâle dominant

    31 janvier 2013

    Pour nos sociétés urbanisées, le loup est un point de mémoire comme il peut y avoir des points de côté. Une bravade de la nature que l’on croyait avoir ici maîtrisée, domestiquée et qui se rebiffe dès que l’on a le dos tourné.
    Le retour de la bête fantasmagorique sur ces territoires, qui étaient les siens pendant des siècles, ne fait pas seulement resurgir des cauchemars ancestraux peuplés de chaperons rouges déchiquetés et de créatures diaboliques écumant les sous-bois. Il résonne aussi comme un (...)

  • Décès de Gilbert Simon, le défenseur de l’ours et du loup

    1er février 2012, par loup.org, Roger Cans

    Grand défenseur de la nature et de la faune sauvage, Gilbert Simon est mort le 28 janvier à Puteaux (Hauts-de-Seine), victime d’un cancer foudroyant, à l’âge de 64 ans.
    Né le 28 novembre 1947 à Montpellier, Gilbert Simon est élevé par un couple d’enseignants qui le motivent pour de brillantes études. Diplômé de Sciences Po puis de l’ENA (promotion Simone Weil, 1972-1974), il commence sa carrière d’administrateur civil au ministère de la culture. Il devient ensuite chef de la Division des sites au ministère (...)

  • Faire coexister le loup et l’homme

    25 novembre 2011

    Spécialiste des loups, de passage en Alsace, Lætitia Becker apporte son éclairage de scientifique au débat sur le prédateur.
    Depuis qu’elle a rallié le combat de Vladimir Bologov en faveur des louveteaux orphelins, sur une terre russe où le loup est considéré comme un nuisible, Lætitia Becker est revenue plusieurs fois en Alsace pour des conférences. Surtout depuis qu’en 2008, elle a doublé la quête scientifique, qui lui a valu un doctorat en biologie de l’Université de Strasbourg, d’un combat associatif (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30

Soutenir par un don